LE CAMP ‘RED WARRIOR’ PARLE

Contact: redwarriormedia@gmail.com

 

Diffusé par Owe Aku
Publié sur Censored News
22 juin 2017
Traduction Christine Prat

“Mni Sose” a appelé nos Esprits. Des quatre directions, nous avons voyagé seul ou en caravanes, pour nous rassembler sur les rives du fleuve. Nous avons établi un camp autonome et avons vécu ensemble avec amour, des règles éthiques, des principes et des protocoles guidés par la cérémonie, les prières et la guérison. Notre but, précis, unique et collectif était de manifester notre énergie et notre éducation pour protéger l’eau sacrée. Nous nous étions engagés à user de la tactique d’action directe non-violente pour ralentir ou arrêter la construction du Dakota Access Pipeline, au nord de la Réserve de Standing Rock, pendant que les tribus et les poursuites en justice avançaient. Conscients des 500 ans de génocide, de non-respect des traités, et de violations des droits de l’homme contre notre peuple par le gouvernement des Etats-Unis, en faveur de l’extraction de ressources et du vol de terres, nous savions que nous devions avoir une ligne de front forte. Nous avons rassemblé des alliés de mouvements avérés être pour la justice sociale. Nous avons protégé notre travail par les principes de la culture de sécurité, sachant que rien ne pourrait arrêter la compagnie pour réaliser ses investissements financiers et ses profits futurs. Des tactiques d’infiltration, de dissension, de rumeurs, de division, et de mensonges, orchestrés par DAPL et ses mercenaires armés ont vite affaibli la solidarité de tous les camps. Leurs tactiques continuent aujourd’hui. Tous les camps ont déménagé, ont été brûlés ou démolis. Les gens se sont dispersés dans les quatre directions. Nous avons des gens encore engagés dans des procédures judiciaires, qui se rendent aux tribunaux. Beaucoup d’accusations ont été repoussées. Nous continuons notre travail de défense de l’eau et de la terre, de revitalisation culturelle et de décolonisation. Nous venons de tous les genres de vie, de races et de générations. Notre expérience collective est une arme puissante que nous avons apportée à Standing Rock pour la partager avec d’autres, afin d’aider à bloquer le DAPL. Nous sommes des Red Warriors [Guerriers Rouges]” dit Debra White Plume.

Nous représentons 27 nations tribales et 10 pays, sans tenir compte des frontières imaginaires des Etats-Unis, pour défendre la terre et protéger l’eau par l’Action Directe Non-Violente. Connus collectivement comme Red Warrior Society [Société du Guerrier Rouge], nous avons des décennies d’expérience dans l’organisation à la base, fondée sur la communauté, pour protéger nos ressources naturelles. Les Red Warriors sont des individus extrêmement disciplinés, avec des principes, avec une compétence unique visant à assurer des entrainements à l’action directe non-violente, à fournir des moyens de décolonisation et à organiser des actions, surtout avec la jeunesse, insistant sur la culture de la sécurité.

Il y a beaucoup de définition de la culture de la sécurité. Tout mouvement et groupe de résistance et les camps, devraient établir soigneusement leurs standards afin de garantir la sécurité de ceux qui sont impliqués dans la protection de tout ce qui est sacré.

Les Red Warriors sont autonomes, avec un impact minimal sur le sol et les ressources. Ces principes sont utilisés lors de nos actions, aussi bien l’action directe au cours de NoDAPL dans le Dakota du Nord que dans les autres actions et sessions de formation partout sur Turtle Island [Ile de la Tortue, nom Amérindien de l’Amérique du Nord].

La série de films sortis récemment sur NoDAPL rappelle les tactiques de COINTELPRO, dirigé par le gouvernement des Etats-Unis, employées contre les mouvements de résistance autochtones dans les années 1970.

Dans une récente dénonciation d’Intercept  (en anglais) sur le sous-traitant d’Energy Transfer Partner pour la sécurité, TigerSwan, et ses tactiques anti-terroristes, il a été révélé que les mercenaires des Grandes Compagnies Pétrolières ont porté leur attention sur le Camp Red Warrior pendant au moins quatre mois. Cette information ne nous a pas surpris, vu les dizaines de drones qui nous survolaient et les menaces imminentes qui se produisaient chaque jour.

Leur rapport du 22 septembre 2016 indique que “le contrôle de l’information dans le camp, bien qu’il cause des dissentions, rend difficile de se procurer une source d’information interne.”

Le niveau de nos protocoles de sécurité est nécessaire, parce que nous sommes sous une surveillance intense, comme le prouve le rapport de TigerSwan.

Un film récent de propagande pro-DAPL montre une interview du Lieutenant Jason Stugelmeyer, de la Police de Bismarck. Stugelmeyer prétend qu’aucun protecteur de l’eau n’a été fouillé au corps ou enchaîné dans des niches pour chiens lors des arrestations. Cependant, des témoins visuels confirment que des centaines de protecteurs de l’eau ont été fouillés déshabillés et détenus dans des cages pour chiens avant d’être envoyés à la prison du Comté de Morton.

 

Des allégations contre le Camp Red Warrior sont expliquées dans une récente lettre ouverte adressée à des organisateurs de la résistance.

 

MYTHE: “… ça a été coopté ou contrôlé par des Anarchistes en majorité Blancs ou Latino.”

VERITE: LES RED WARRIORS SONT DIRIGES PAR DES AUTOCHTONES QUI INSTRUISENT ET SOUTIENNENT DES GENS DE TOUTES LES RACES QUI SONT DECIDES A PROTEGER L’EAU ET DEFENDRE LA TERRE.

MYTHE: “… n’observent pas les principes de non-violence.”

VERITE: LE CAMP RED WARRIOR S’EST RASSEMBLE A STANDING ROCK EN TANT QU’INDIVIDUS ENGAGES ET INDIVIDUS EDUQUES ET DEVOUES A L’ACTION DIRECTE NON-VIOLENTE ET A LA DESOBEISSANCE CIVILE.

MYTHE: “… ils ne respectent pas les anciens.”

VERITE: LE CAMP RED WARRIOR RECONNAIT LES ANCIENS QUI SOUTIENNENT ET GUIDENT AU LIEU D’IMPOSER ET CONTROLER.

MYTHE: “… ils ne sont pas dans un état d’esprit de prières.”

VERITE: LE CAMP RED WARRIOR COMPREND PROFONDEMENT HOYEYA (S’ADRESSER AU CREATEUR).

 

Les Red Warriors reprennent les choses où ils les avaient laissés en partant de chez eux pour aller à Standing Rock. Nous continuons à construire des alliances avec d’autres cercles Autochtones de résistance active. Nous sommes engagés dans des activités de revitalisation culturelle et des initiatives conduites par les jeunes pour la souveraineté alimentaire.

Nous combattons activement les opérations d’extraction d’uranium partout sur Turtle Island et dirigeons actuellement des séances d’éducation aux tests de radioactivité, pour permettre aux communautés autochtones de recueillir et s’approprier les informations pour protéger leur environnement.

Les Red Warriors recensent les “criminels de l’eau” qui cherchent à détruire les sources d’eau limitées partout sur Turtle Island. Nous appelons les communautés à étudier leurs bassins hydrologiques, y compris les acquéreurs, les nappes aquifères, les cours d’eau, les fleuves et les lacs, afin de déterminer si ils sont sous la menace imminente de compagnies qui cherchent à contrôler ou détruire leurs sources d’eau.

Très important, des centaines de chefs de gouvernement de nations tribales se sont rendus à Standing Rock et ont fait le serment de soutenir la protection de l’eau sacrée. Nous appelons les gens de la base à s’assurer que leurs élus tiennent leur parole et partagent le bon travail qui est en train de se faire.

Nous sommes, prudemment, optimistes quant à la décision du Juge de District James Boasberg du 16 juin, contre le Dakota Access Pipeline d’Energy Transfer Partner.

Boasberg a jugé que “…la Cour reconnaît qu’il n’a pas été suffisamment pris en considération les impacts d’une marée noire sur les droits de pêche, les droits de chasse, ou la justice environnementale, ou le degré auquel les effets de l’oléoduc seront probablement très controversés. Pour remédier à ces infractions, le Corps [d’Armée] devra reconsidérer ces aspects de son analyse environnementale sur renvoi de la Cour.”

Boasberg décidera dans les jours à venir s’il est bon d’arrêter de faire couler le pétrole sale, en attendant la nouvelle étude d’impact environnemental de cet oléoduc de près de 2000 km, qui fuit déjà.

La devise de la Societé Red Warrior est “Tout pour tout le Monde, Rien pour Nous-mêmes”. Nous reconnaissons le long héritage de la lutte perpétuelle des sociétés de guerriers pour la libération autochtone et la justice environnementale.

 

Pour plus d’information, envoyez-nous un email: redwarriormedia@gmail.com

 

 

Des Agents de la Patrouille des Frontières ont attaqué un camp d’aide médicale aux migrants à Arivaca. Jeudi 15 juin 2017, 30 agents armés ont pénétré dans le camp avec au moins 15 camions, deux escadrons et un hélicoptère, et ont arrêté quatre migrants qui recevaient une aide médicale, alors qu’une chaleur mortelle atteint le sud de l’Arizona, avec des températures proches de 50 degrés.

 

Sur cette vidéo tournée en février 2017 par Unicorn Riot, on peut voir la tente (clinica) qui servait à l’aide médicale d’urgence – attaquée le 15 juin –  et une interview d’une doctoresse bénévole

 

LA PATROUILLE DES FRONTIERES SACCAGE UN CAMP D’AIDE HUMANITAIRE AU COURS D’UNE ATTAQUE CIBLEE

 

Par No More Deaths
Publié sur Censored News
Le 16 juin 2017
Traduction Christine Prat
Zie Nederlandse vertaling door Alice Holemans

Contact: media@nomoredeaths.org

 

Un hélicoptère, 15 camions et 30 agents armés se sont jetés sur une station d’aide médicale pour arrêter 4 personnes qui y recevaient des soins, par une chaleur estivale mortelle.

Jeudi 15 juin 2017, à 18h [heure locale], Arivaca, Arizona – Par des températures dépassant les 38 degrés, la Patrouille des Frontières de Etats-Unis a attaqué le camp d’aide médicale de l’organisation humanitaire No More Deaths, et détenu quatre personnes qui y recevaient une aide médicale. L’obstruction de l’aide humanitaire est un délit flagrant de l’administration de l’Intérieur, une violation évidente de la loi humanitaire internationale et une violation de l’accord écrit de l’organisation avec la Patrouille des Frontières du Secteur de Tucson.

Les agents de la Patrouille des Frontières ont commencé à surveiller le camp de No More Deaths mardi 13 juin, vers 16h30. Des agents motorisés, à pied et munis de caméras de surveillance, ont encerclé le site et érigé un point de contrôle temporaire sur la limite du camp, pour fouiller et interroger ceux qui en sortaient, pour vérifier leur nationalité. La présence massive des forces de l’ordre a découragé des gens de se rendre à ce centre d’assistance humanitaire cruciale, en cette période de temps mortellement chaud. Ces évènements correspondent aussi au schéma de surveillance accrue de l’aide humanitaire au cours des derniers mois, depuis l’avènement du gouvernement de Trump.

Cet après-midi [15 juin], en une démonstration de force jamais vue, environs 30 agents armés ont attaqué le camp avec au moins 15 camions, 2 escadrons et un hélicoptère, pour arrêter quatre malades qui étaient sous traitement médical.

Au cours des 13 dernières années, No More Deaths a fourni de la nourriture, de l’eau, et une assistance médicale aux gens qui traversent le Désert du Sonora à pied. La crise humanitaire causée par la politique appliquée à la frontière a causé la mort de plus de 7000 personnes depuis 1998. Des restes humains sont retrouvés, en moyenne, tous les trois jours dans le désert du sud de l’Arizona.

Kate Morgan, d’Abuse Documentation, coordinatrice de la défense légale de l’organisation dit: “No More Deaths a enregistré des informations sur la mort et la disparitions de centaines de migrants dans le couloir d’Arivaca le long de la frontière. L’attaque d’aujourd’hui contre le poste médical est inacceptable et interrompt nos accords de bonne foi avec la Patrouille des Frontières, visant à respecter le travail vital de No More Deaths”.

John Fife, un des fondateurs de No More Deaths, a dit dans un commentaire que “depuis 2013, le secteur de Tucson de la Patrouille des Frontières avait un accord écrit avec No More Deaths, stipulant qu’ils respecteraient le camp d’aide médicale selon les standards de la Croix Rouge internationale, qui interdit aux gouvernements de se mêler des centres d’aide humanitaire. Cet accord a été violé par la Patrouille des Frontières dans des circonstances extrêmement louches. La Patrouille des Frontières a admis avoir suivi le groupe sur 29 km, mais c’est seulement après que les migrants aient demandé de l’aide médicale que la Patrouille des Frontières a cherché à les arrêter. Le choix de poursuivre ces gens seulement après qu’ils aient atteint le camp de No More Deaths est une preuve évidente qu’il s’agissait d’une attaque directe contre l’aide humanitaire. Pendant ce temps, les prévisions météorologiques prévoient des températures record (donc mortelles)”.

Les gens qui traversent les régions éloignées et mortelles de la frontière US/Mexique, évitent souvent de demander de l’aide médicale urgente, par peur d’être expulsés ou emprisonnés. C’est pour cette raison qu’un poste d’aide humanitaire dans le désert est essentiel pour sauver des vies. Prendre pour cible cette aide médicale cruciale est un exemple honteux du mépris du gouvernement actuel pour la vie des migrants et des réfugiés, et rend leur voyage déjà dangereux de plus en plus mortel.

En dépit de cela, No More Deaths reste fidèle à sa mission de mettre un terme aux décès et à la souffrance dans le désert, et continuera à fournir de l’aide humanitaire, comme nous l’avons fait depuis 13 ans.

 

 

Depuis des années, des compagnies minières veulent exploiter l’uranium dans la région du Grand Canyon du Colorado et d’autres sites sacrés pour les Autochtones du Sud-ouest. De plus, l’uranium devrait être transporté jusqu’à l’usine de retraitement en Utah, dans des camions banalisés, à travers les territoires de plusieurs tribus et quelques villes et villages le long du trajet (voir carte plus bas). En ce mois de juin 2017, l’association ‘Haul No!‘ – ‘Non au Transport!’ – effectue une tournée le long du trajet, pour rendre visite aux communautés affectées. La tournée a commencé le 13 et doit se terminer le 25. Ci-dessous, traduction d’un article de Brenda Norrell et d’un communiqué de Haul No! du 6 juin expliquant les raisons de la tournée.

 

Une Compagnie Minière Canadienne Empoisonne la Montagne Ute et Menace la Terre Sacrée des Havasupai dans le Grand Canyon

Par Brenda Norrell
Publié sur Censored News
Le 16 juin 2017
Traduction Christine Prat

 

La “Tournée Haul No!” dénonce et résiste en ce moment à l’extraction et au transport d’uranium sur les terres sacrées des Ute de Ute Mountain et des Havasupai, et à la menace pesant sur l’eau souterraine des Ute et celle du Grand Canyon.

Des terres sacrées sont en train d’être profanées par le traitement de l’uranium et l’eau et le sol sont menacés par le transport d’uranium à travers les territoires Ute, Navajo et Supai.

Les Ute de Ute Mountain dépendent de l’eau souterraine pour leurs puits d’eau potable.

“Aidez-nous, s’il vous plait, à fermer cette usine” dit Yolanda dans une vidéo, sur sa terre natale. “Nous n’avons pas besoin d’un supplément de ces déchets néfastes.”

Energy Fuels, du Canada, est propriétaire de l’usine White Mesa et de Canyon Mine.

Canyon Mine menace actuellement d’empoisonner les terres sacrées des Supai à Red Butte, près du Grand Canyon.

“Haul No! est une tournée de prise de conscience et d’action conduite par des Autochtones le long du trajet projeté pour le transport. Nous avons l’intention de propager la prise de conscience et de stimuler l’action pour assurer que le Grand Canyon, les sites sacrés, et nos communautés soient protégés de cette menace mortelle,” disent les organisateurs Autochtones.

La Tournée se terminera au Rassemblement Havasupai du 23 au 25 juin 2017.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
Mardi 6 juin 2017

Contact:
Klee Benally, (00 1 928) 380-2629, indigenousaction@gmail.com
Sarana Riggs, (00 1 928) 255- 7126, stopcanyonmine@gmail.com

 

La Tournée ‘Haul No!’ s’Oppose à l’Extraction et au Transport d’Uranium dans la région du Grand Canyon

Grand Canyon, Arizona – Etant donné qu’Energy Fuels Inc. (EFI) menace de commencer à extraire de l’uranium sur des Terres sacrées Autochtones gérées par le Service des Forêts des Etats-Unis, à seulement quelques kilomètres du Grand Canyon du Colorado, Haul No! a organisé une tournée d’action et de prise de conscience le long du trajet prévu pour le transport [de l’uranium] de Canyon Mine.

Qui: Haul No! est un groupe de bénévoles dirigé par des Autochtones en collaboration avec les communautés et les dirigeants Autochtones, des organisations écologiques et des activistes de la base qui travaillent à arrêter le colonialisme nucléaire dans le Sud-ouest.

Quoi: La Tournée Haul No! consiste aussi en conférences sur les impacts de l’extraction d’uranium sur la santé publique, la culture et l’environnement, et un atelier d’action directe. Partie de l’usine [de retraitement] d’uranium White Mesa, également dirigée par EFI, elle s’est arrêtée ou s’arrêtera dans les communautés Autochtones touchées et dans la ville de Flagstaff, et se terminera sur le site sacré de Read Butte, près de Canyon Mine.

Où et quand: Du 13 au 25 juin 2017 (voir planning plus bas)

Pourquoi: Jusqu’à 12 camions, transportant chacun 30 tonnes de minerai d’uranium hautement radioactif, doivent passer quotidiennement à travers des communautés pour la plupart de petites réserves. La Nation Havasupai a attaqué en justice le Service des Forêts des Etats-Unis pour avoir négligé d’appliquer complètement la procédure de consultation des Havasupai lors de sa Déclaration d’Impact Environnemental de Canyon Mine de 1986. On attend toujours la décision de la Cour d’Appel du 9ème Circuit.

Bien que la Nation Navajo ait interdit le transport d’uranium sur son territoire depuis 2012, EFI aurait l’autorisation de l’état d’Arizona à cause de problèmes de juridiction [Note: les routes nationales qui traversent la Réserve relèvent de la juridiction de l’état].

Une éventuelle contamination radioactive du sol, de l’eau, et de l’air par la mine Canyon Mine, l’usine White Mesa, et le transport d’uranium, toucherait le nord de l’Arizona, le sud-est de l’Utah, le Fleuve Colorado, Moenkopi Wash, la Rivière San Juan, et les terres et les ressources culturelles des peuples Havasupai, Hopi, Navajo, Ute et Paiute.

 

 

La Tournée:
La tournée Haul No! est ouverte au public et gratuite.

 

Mardi 13 juin, Bluff, Utah
Au Centre Communautaire

Mercredi 14 juin, Oljato – Monument Valley, Utah
Au Centre d’Accueil de Monument Valley

Jeudi 15 juin, Kayenta, Nation Navajo, Arizona
Mairie de Kayenta

Vendredi 16 juin, Tuba City, Nation Navajo, Arizona
A l’auditorium de Greyhills

Samedi 17 juin, Cameron, Nation Navajo, Arizona

Lundi 19 juin, Flagstaff, Arizona
Coconino Center for the Arts

Du 23 au 25 juin, Red Butte, Arizona
Rassemblement de prières Havasupai.

 

Photos & interviews sur demande.

 

Article de Brenda Norrell
Photos Rachel Heaton, Muckleshoot
Publié sur Censored News
Le 12 juin 2017
Traduction Christine Prat

 

Les Protecteurs de l’Eau de Standing Rock ont achevé leur tournée triomphale en Europe, par des interventions en Espagne et en Italie, pour demander de désinvestir dans les carburants fossiles et d’investir dans l’énergie propre, et aux gens de se rassembler pour prendre le contrôle des ressources et protéger Notre Mère la Terre.

Rachel Heaton, Muckleshoot, dit : “Ce soir j’ai parlé au cours d’un panel avec des gens étonnants, à l’Université de Barcelone. C’était ma dernière apparition, je rentre chez moi demain. Je suis contente que ça se soit si bien terminé. Je dois admettre avoir été un mal à l’aise d’être dans une salle entourée de portraits de conquistadors.”

L’artiste hip hop Nataanii Means, Diné et Lakota, s’est produit à Madrid, et Rafael Gonzalez, Dakota, a dirigé un meeting à Bologne, en Italie.

Mazaska Talks dit “Maintenant que la tournée Européenne qui a duré un mois se termine, nos Protecteurs de l’Eau se sont séparés. Voir la manifestation à laquelle a assisté Rafael Gonzalez à Bologne, en Italie, contre le sommet des ministres de l’environnement du G7.” (Vidéo de RT).

Au cours de leur tournée de 11 pays, les Protecteurs de l’Eau des camps de Standing Rock se sont exprimés aux Nations Unies à Genève, et ont rencontré des représentants de banques, à Paris et en Suisse, leur demandant instamment de désinvestir d’Energy Transfer Partners, propriétaires du Dakota Access Pipeline. Ils ont manifesté leur solidarité avec ceux qui résistent contre les pollueurs aux Pays-Bas, ont soutenu la résistance aux mines de charbon en Allemagne, et ont conduit la manifestation ‘Trump n’est Pas le Bienvenu Ici’ devant le siège de l’OTAN à Bruxelles.

Alors qu’ils ont été reçus chaleureusement par ceux qui défendent la Terre en Europe, ils ont été insultés et sifflés par les banquiers à Paris et en Suisse.

Quand Waste Win Young, une Dakota Lakota de Standing Rock s’est adressée au Crédit Suisse, les banquiers ont insulté les Protecteurs de l’Eau et nié le fait historique du génocide des Indiens d’Amérique.

A Paris, Nataanii Means, Diné/Lakota, et Rachel Heaton, Muckleshoot, se sont adressés aux actionnaires de la Société Générale, de BNP et de Natixis.

Nataanii Means dit “Rachel et moi, avec nos traducteurs, avons été les seuls autorisés à entrer. Nous avons été accueillis par des cris méprisants, des huées et une atmosphère de confrontation. Lorsque nous avons dit que ces banques et leurs investissements dans des oléoducs au-delà des mers touchaient directement mon peuple et ma communauté, ils se sont mis à faire beaucoup de bruit, afin que nos voix ne soient pas entendues. Nous avons été traités avec un manque de respect incroyable.”

La Tournée a été triomphale dans la mesure où elle a soudé la solidarité et la résistance du continent Européen avec ceux qui se sont bravement précipités pour résister au Dakota Access Pipeline à partir des camps de Standing Rock.

Depuis le printemps 2016, des milliers d’Amérindiens et de soutiens ont campé à Standing Rock pour résister au Dakota Access Pipeline, et à la menace qu’il représente pour l’eau potable du bassin du Fleuve Missouri, se jetant au-devant de la brutalité policière, des gaz lacrymogènes et des canons à eau alors qu’il gelait.

Ceux qui ont tenu bon et résisté à Standing Rock, ont été frappés et blessés par la police, ont été détenus dans des chenils par les autorités du Comté de Morton, dans le Dakota du Nord, ont eu des numéros inscrits sur les bras, comme faisaient les Nazis, et ont campé par des températures en-dessous de zéro, sous la menace constante d’être expulsés de force, avec des drones au-dessus d’eux,, des snipers sur les collines, et la police militarisée qui les encerclait avec des mitraillettes chargées, des fusils puissants, et des blindés munis de canons assourdissants.

La résistance des Protecteurs de l’Eau a commencé en tant que mouvement de la base, et s’est poursuivi comme mouvement des peuples.

L’Eau c’est la Vie.

 

Le 9 juin, Wasté Win Young, Dakota Lakota de Standing Rock, avait publié sur Censored News une déclaration sur les problèmes rencontrés au Crédit Suisse, avec des Négationnistes du Génocide des Amérindiens.

Notre rencontre avec le Crédit Suisse a été largement saboté. Le ‘responsable du développement durable’ a affiché un sourire narquois durant toute notre intervention. Il dit que nous, Amérindiens, n’avions jamais été victimes de génocide. Il dit que l”Holocauste’ et les massacres d’Arméniens étaient des génocides. Il dit qu’il était historien et que ce n’était pas à lui qu’il fallait parler d’un ‘génocide’. J’ai senti la rage monter en moi, mais Rachel s’est chargée de lui, puis Rafa. Le banquier a balayé nos plaintes et dit qu’ils continueraient à financer des projets tant qu’il y en aurait besoin, malgré les abus qui se produisent.

Merci Genève, merci peuple Suisse. Mais à quoi devais-je m’attendre de la part d’un pays si coincé dans la neutralité qu’il a caché l’or et les œuvres d’art volés aux Juifs pendant les guerres? Un pays qui a laissé les Nazis massacrer des Français à seulement quelques kilomètres d’où je me trouve? Une putain de plaisanterie.

Auparavant (article paru le 23 mai), Nataanii Means avait décrit la manière insultante dont les Protecteurs avaient été traités à Paris [dans les banques, voir plus haut]. Il avait écrit aussi:

Comme a dit ma cousine, Wasté Win Young: “C’est ce contre quoi nous sommes ici. De même, c’est ce à quoi sont confrontés ceux qui veulent protéger unci maka à l’échelle du monde. Ce n’est pas que du plaisir et des jeux. Les caméras ne sont pas autorisées dans ces réunions, sinon nous ferions hurler l’enregistrement à toute la nation. C’est ok d’être ‘gobdah’d’ – de révéler nos expériences et d’être livrés en pâture aux requins. Il faut avoir la peau épaisse et être prêts au duel. Naye FR, cependant. Il y a des gens authentiques qui écoutent et peuvent changer les choses, et ce sont ceux-là vers qui nous devons aller, ils sont des cibles – d’après eux, au bon sens du terme. Je n’ai jamais été aussi contente de quitter ‘Pairee’.”

Nataanii dit aussi “j’ai vu le mal en direct. C’est un combat énorme. Nous devons y aller de tous les angles. Je n’ai jamais ressenti une telle rage. Il y avait la sécurité à côté de moi tout le temps, en plus. Ils m’ont même suivi aux toilettes. Ce n’est pas moi la menace, ici, c’est vos investissements!”

 

 

Le 7 juin, les Protecteurs de l’Eau en tournée en Europe, se sont adressés aux Nations Unies. La veille, ils avaient bloqué le Crédit Suisse, principal investisseur européen dans le Dakota Access Pipeline, avec des activistes européens. La police est intervenue, et Rafael Gonzalez – artiste hip-hop sous le nom de Tufawon, qui devait participer à un concert avec Nataanii Means ce soir-là – a été brutalement expulsé par la police, tout comme des manifestants locaux. Ci-dessous, traduction de deux articles de Censored News, écrit par Brenda Norrell, d’après les récits des Protecteurs.

 

Article par Brenda Norrell
Photos par Waste Win Young, Nataanii Means et Rachel Heaton
Publié sur Censored News
Mardi 6 juin 2017
Traduction Christine Prat

 

GENEVE, Suisse – Des Protecteurs de l’Eau des camps de Standing Rock ont conduit le blocage du Crédit Suisse, un des principaux investisseurs du Dakota Access Pipeline, au cours de leur tournée de 11 pays d’Europe, pour demander de cesser d’investir, de passer à l’énergie propre, et de résister pour l’Eau.

Les quatre membres de l’équipe de Protecteurs en tournée – Waste Win Young, Dakota Lakota de Standing Rock; Rachel Heaton, Muckleshoot; Nataanii Means, Diné Lakota; et Rafael Gonzalez, Dakota – ont conduit la fermeture du Crédit Suisse et se sont rendus ensuite au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies pour parler.

Beaucoup d’alliés Européens se sont joints à l’opération de fermeture et se sont enchaînés dans la banque.

Nataanii Means a déclaré: “Nous avons bloqué une banque aujourd’hui, le Crédit Suisse, qui est la principale banque européenne pour les investissements dans les oléoducs de Turtle Island (1,4 milliards de dollars). Rafael Gonzalez (Tufawon) a été trainé hors de la banque, comme beaucoup d’autres.

Nous avons exigé qu’ils désinvestissent et se retirent d’investissements qui contribuent directement au génocide perpétuel de notre peuple, au racisme environnemental, et à la destruction de Notre Mère la Terre.”

“Maintenant, nous sommes aux Nations Unies, pour assister et prendre la parole à l’Intervention pour les Droits de l’Homme, en particulier Rachel Heaton et Wasté Win Young”.

Nataanii, fils de Gloria Grant Means, une Diné [Navajo] Omaha de Chinle, dans la Nation Navajo, et du Lakota Russel Means dit: “Mon papa a fait beaucoup de voyages au siège des Nations Unies, pour notre peuple. C’est irréel d’être ici.”

 

 

Voir la vidéo de l’intervention au Crédit Suisse sur Facebook. Les Protecteurs de l’Eau de Standing Rock, Rachel Heaton, Nataanii Means, Waste Win Young et Rafael Gonzalez y ont déclaré demander le désinvestissement, y ont lu une déclaration, disant entre autres que “le Crédit Suisse contribue au génocide de notre peuple!”

Le Crédit Suisse est interpelé pour son financement du Dakota Access Pipeline, qui a dirigé la police militarisée et des groupes anti-terroristes comme TigerSwan, et s’est livré à des violations massives des droits de l’homme pendant les dix mois de résistance pour l’eau dans les camps de Standing Rock. Le Crédit Suisse est désigné pour avoir “financé un désastre à l’échelle planétaire” en investissant dans les carburants fossiles.

D’après une dépêche de Reuters, les Etats-Unis ont menacé de se retirer du forum des Droits de l’Homme des Nations Unies (à cause de ‘préjugés’ contre Israël).

 

Article par Brenda Norrell
Photos par Rachel Heaton et Wasté Win Young
Publié sur Censored News
Le 7 juin 2017
Traduction Christine Prat

 

GENEVE – Des Protecteurs de l’Eau des camps de Standing Rock se sont adressés à l’Assemblée Générale du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, ont participé à des panels, et ont rencontré le Maire de Genève, dans le cadre de leur tournée de 11 pays d’Europe. L’équipe réclame le désinvestissement des carburants fossiles, en particulier du Dakota Access Pipeline, et s’exprime sur la nécessité de l’énergie propre et du respect des droits Autochtones.

Rachel Heaton, Muckleshoot de l’état de Washington, dit: “Aujourd’hui, Rafael et moi avons rencontré le Maire de Genève, tandis que Wasté Win et Nataanii se sont exprimés aux Nations Unies. Nous discutons tous de divers problèmes qui nous touchent en tant qu’Autochtones et construisons des alliances, ici en Europe, pour aider à soutenir les combats chez nous. Je dois dire que ça a été une journée productive jusqu’à maintenant.”

Wasté Win Young, Dakota Lakota de Standing Rock, dit que Nataanii Means, Diné Lakota de Chinle, dans la Réserve Navajo, a fait une intervention de 2 minutes devant l’Assemblée Générale des Nations Unies, sur le droit de se rassembler; et que Rachel Heaton et Rafael Gonzalez, Dakota de Minneapolis avaient rencontré le Maire.

Rachel s’est adressée à l’Assemblée Générale des Nations Unis, puis à un autre panel.

“La police a menacé de démonter le tipi où nous distribuions des tracts pour notre panel de ce matin” dit Wasté Win Young. Elle avait dit aussi la veille: “Le Maire de Genève a approuvé que nous le mettions devant le siège des Nations Unies cette semaine, pendant que nous serons ici. Nous nous adresserons à un panel des Nations Unies durant la session sur les Droits de l’Homme. Rachel doit s’exprimer aujourd’hui et je parlerai jeudi.”

“Alors, les Etats-Unis pourraient se retirer de la commission des droits de l’homme des Nations Unies, sur la base de résolutions des Nations Unies soutenant la Palestine. Oui, Uncle Sam n’accorde pas d’attention aux Autochtones de Turtle Island ni aux violations des droits de l’homme dont il est complice. Pas de problème. Nous continuons à construire.”

L’équipe de Protecteurs de l’Eau avait conduit la fermeture du Crédit Suisse la veille, exigeant le désinvestissement d’Energy Transfer Partners, propriétaires du Dakota Access Pipeline, et l’arrêt de l’implication de la banque dans le génocide perpétuel des grandes compagnies qui violent les droits Autochtones, ignorent les Traités et empoisonnent de façon irresponsable l’eau et la terre.

 

 

La tournée de la délégation des Protecteurs de l’Eau en Europe se poursuit [Voir article précédent]. Après avoir passé plusieurs jours aux Pays-Bas, ils se sont rendus en Allemagne – où ils devaient apporter leur soutien aux gens qui luttent contre les mines de charbon, puis ils devaient se rendre à Genève, où Nataanii Means devait participer à un concert.

 

Les Protecteurs de l’eau aux Pays-Bas

Publié sur Censored News
le 5 juin 2017
Traduction Christine Prat

 

Aux Pays-Bas, les Protecteurs de l’Eau de Standing Rock ont rencontré des parlementaires et visité quatre villes en cinq jours. Puis ils sont allés à Bonn, en Allemagne, au cours de leur tournée dans 11 pays, pour demander de désinvestir dans les carburants fossiles, d’investir dans l’énergie renouvelable, et de lutter pour l’eau.

Waste Win Young, Dakota Lakota, a fait part de leur arrivée à Bonn, en Allemagne, où ils devaient apporter leur soutien aux gens qui résistent contre les mines de charbon.

 

A Groningen, devant un site d’extraction de gaz

 

Rachel Heaton, Muckleshoot, a décrit leur séjour dans un village des Pays-Bas, près de Groningen, où ils ont eu un accueil chaleureux:

“Aujourd’hui nous avons visité un village, dans la ville de Groningen. Les gens là-bas subissent les effets de tremblements de terre d’origine humaine, causés par les sites d’extraction de gaz situés au milieu de leurs terres agricoles. Eux aussi combattent les dommages causés par les grandes compagnies qui placent les intérêts du profit au-dessus de celui des gens, aux dépends de nos vies et de notre terre.

Les gens de cette ville nous ont accueilli avec un merveilleux piquenique… d’un côté il y avait les récoltes des paysans, de l’autre un labyrinthe des tuyaux métalliques s’enfonçant dans le sol et sous les terres de ceux qui vivent ici… le site d’extraction de gaz.

Ils ont partagé un repas avec, puis leurs histoires, et nous ont laissé le temps de raconter les nôtres. Il y a eu tant de belles choses au cours de la journée… mais au milieu de la tristesse juste là, juste derrière chez eux. Ils voulaient tellement en savoir plus sur nos combats et nos luttes de Peuple Autochtone et sur les luttes pour nos terres.

Le voyage a jusqu’à maintenant servi à ouvrir des yeux, plus que nous ne l’aurions imaginé. Les gens que nous avons rencontrés, la terre que nous avons touchée, ceux que nous avons senti reliés à nous, l’eau qui vous a été donnée en cadeau, et le merveilleux groupe que nous formons pour voyager ensemble. Des gens partout dans le monde luttent, et pourtant ils se tournent vers nous, Peuple Autochtone, pour avoir de l’espoir, des conseils, des idées nouvelles, la connexion avec nous, et moi aussi j’en apprend de plus en plus sur la beauté de la lutte.

Je dis des prières pour chaque personne qui a croisé ma route pendant ce voyage, pour ceux qui font déjà partie de mon voyage, et pour ceux à venir. Tant de gens font leur part pour aider Notre Mère la Terre et tant d’eux croient en les peuples Autochtones comme les Protecteurs de l’Eau avec qui je suis et ceux que nous avons rencontrés font la même chose… Je suis si reconnaissante pour cette journée et si reconnaissante pour notre lutte.

A’ho

 

Photos près de Groningen et articles dans les journaux locaux

 

Aujourd’hui, 6 juin, les Protecteurs de l’Eau sont à Genève où ils doivent entre autres participer à un concert.

 

 

Une délégation de Protecteurs de l’Eau ayant participé à la résistance à l’oléoduc DAPL à Standing Rock, effectue actuellement une tournée en Europe.

 

 

 

Ils ont commencé par Paris, le 20 mai, où ils ont participé, entre autres, à une manifestation place de la République, le 21 mai, puis devant le siège de banques qui investissent dans l’oléoduc.

 

 

 

 

 

Par les Protecteurs de l’Eau
Publié sur Censored News
Le 21 mai 2017
Traduction Christine Prat

 

La manifestation du 21 mai à Paris, Place de la République, a eu lieu en solidarité avec la lutte NoDAPL et la lutte contre le LNG au Texas.

“La place de la République est très importante dans l’histoire française récente. C’est là que Nuit Debout a eu lieu. Nuit Debout était un grand mouvement social contre une loi qui changeait les conditions de travail. La manifestation du 21 mai a été organisée un peu comme Nuit Debout, en assemblée générale.”

Le but de cette manifestation était de soutenir la tournée, mais surtout d’expliquer pourquoi il était important de ne plus investir et pourquoi il était adéquat de transmettre en Europe le message contre les investissements. Ce qui était aussi important, c’était d’exprimer la Solidarité internationale, spécialement avec les Premières Nations de l’Ile de la Tortue [Amérique du Nord pour les Autochtones] et de partout ailleurs.

“Nous souhaitions aussi que ce soit un moment d’échange entre la lutte aux Etats-Unis et en France. Il y a eu des interventions de 350.org, des Amis de la Terre France, du CSIA Nitassinan, de Terres des Hommes, d’Arrêtez l’Ecocide, de militants de la lutte contre l’aéroport à Notre-Dame-des Landes, de la lutte contre l’enfouissement de déchets radioactifs à Bure, et du mouvement NoTAP (contre un gazoduc en Italie).”

Les manifestations étaient coorganisées par Alternatiba, Nuit Debout, Amis de la Terre France et le CSIA Nitassinan. Ça s’est terminé par le concert de Nataanii Means et Rafael Gonzales sous le nom de Tukawon, tous deux étant militants du mouvement NoDAPL.

Le soir du 23 mai, ils ont donné un concert surprise au CICP.

Voir de nombreuses photos du séjour à Paris sur Censored News

 

Le 24 mai, ils se sont rendus à Bruxelles, où ils ont conduit la manifestation “Trump n’est Pas le Bienvenu”, et participé à d’autres évènements.

Programme de l’étape Bruxelloise

Mercredi 24 mai 10h : Trump in Brussels : The Lobby Tour
Quartier Européen, Bruxelles

Mercredi 24 mai 17h : Marche de Protestation “Trump not Welcome”
Gare de Bruxelles Nord
Suivi d’un concert de Nataanii et Rafael, défenseurs de Standing Rock.

Jeudi 25 mai 11h-16h : Peace rally : rassemblement pacifique devant le sommet de l’OTAN
Rue de la Fusée 1130 Bruxelles

Jeudi 25 mai 17h Assenblée Générale de Climate Express

Vendredi 26 mai 12h-14h : Clôture du Peace Camp
Zinneke : Place Masui 13, 1000 Bruxelles
Peace Camp : http://agirpourlapaix.be/peace-camp-brussels-stop-nato-2017/

Vendredi 26 mai soir : Soirée Dynamite : espace de convergence des luttes

Samedi 27 mai 15h-18h : Conférence
ULB (Université Libre de Bruxelles) : Campus Solbosh, Avenue Franklin Roosevelt 50, 1050 Bruxelles, Auditoire DC2.206

Voir de nombreuses autres photos sur Censored News

 

Leur tournée en Europe doit se prolonger jusqu’au 20 juin.

 

 

En ce mois de mai 2017, une délégation de Gwich’in d’Alaska rend visite à des communautés Autochtones du Sud-ouest des Etats-Unis et parlent de leurs problèmes et de leurs actions. Trois articles ont été publiés par Brenda Norrell, de Censored News, sur leur visite aux Tohono O’odham – à la frontière US/Mexique, communauté divisée par le Mur – et sur celle qu’ils ont rendu ensuite à des communautés du Nevada. Leur tournée devait aller à Phoenix, en Utah, au Nevada, dans le Colorado et d’autres états.

Christine Prat

 

 

LES O’ODHAM ACCUEILLENT DES GWICH’IN SUR LEUR TERRITOIRE

Par Brenda Norrell
Censored News
19 mai 2017
Traduction Christine Prat

Ofelia Rivas, O’odham, a accueilli des Gwich’in en terre O’odham, où ces parents du nord commençaient leur Tournée du Sud-ouest, pour protéger le Refuge National Arctique pour la Vie Sauvage.

Des femmes O’odham ont salué la délégation Gwich’in par un chant ancien destiné à donner des forces.

Saluant les Gwich’in, Ofelia dit : “Vos ancêtres et mes ancêtres se saluent tout comme nous maintenant, et nous sommes ici tous unis dans leur effort pour la survie.”

“Les ancêtres ont maintenu notre style de vie pour que nous soyons là.”

“Nous comprenons votre travail pour éveiller la conscience et former une unité pour continuer à faire vivre nos cultures uniques et nos terres sacrées. Tout mon respect, en vous souhaitant d’être fortes.”

Ofelia a continué à exprimer la bienvenue dans la salle de projections de Tucson, jeudi soir, où le nouveau film “Le Refuge – Patagonie” a été passé.

Des membres de la Nation Gwich’in, qui ont dépendu du Refuge Nation Arctique pour la Vie Sauvage pour leur survie depuis des millénaires, voyagent actuellement de l’Arctique au Désert du Sud-ouest.

“Le Refuge de l’Arctique est l’un des derniers lieus sauvages intactes du monde. Actuellement, comme beaucoup de territoires publics du Sud-ouest, il fait face aux pires menaces depuis des décennies. Afin de sonner l’alarme, le groupe va parcourir quatre états en un peu plus d’une semaine, pour montrer le nouveau film de Patagonie, Le Refuge, et trouver un terrain d’entente commun avec les communautés qui dépendent de terres publiques” dirent les Gwich’in.

 

A propos de la Délégation :

Bernadette Demientieff est Directrice Exécutive du Comité de Direction Gwich’in. Elle représente la nation Gwich’in des deux côtés de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada. Bernadette est née et a grandi en Alaska. Elle est Gwichyaa Zhee Gwich’in et sa famille est des Old Crow du Yukon, au Canada, et de Fort Yukon en Alaska. Elle prend sa culture et traditions très au sérieux, et bien qu’elle en ait été déconnectée pendant un moment, elle trouve son identité comme femme Gwich’in. Bernadette accorde beaucoup de valeur à sa manière de vivre et passe tout ce qu’elle apprend à ses enfants. Elle a toujours été pour la protection de la plaine côtière très sacrée du Refuge National Arctique pour la Vie Sauvage, le troupeau de caribous porc-épic, et le mode de vie Gwich’in. “Notre identité n’est pas négociable” dit Bernadette. “Nous devons rester unis pour protéger les communautés Autochtones du monde entier.”

Jeneen Frei Njootli est une artiste Autochtone de la Première Nation Vuntut Gwich’in. Le territoire d’origine de son peuple se trouve dans le coin Nord-ouest de l’Arctique Canadien. Actuellement résident entre Old Crow, le Yukon et les territoires côtiers Salishs non cédés de Vancouver, J. Frei Njootli organise souvent des projets et des ateliers à base communautaire. Elle est co-fondatrice du Collectif ReMatriate, qui se concentre sur la représentation positive des femmes Autochtones dans les médias et leur droit à la souveraineté visuelle.

James Nathaniel Jr. est membre du Conseil d’Administration du Comité Directeur Gwich’in. Il est diplômé de l’Université d’Alaska/Campus Aléoute Intérieur, où il a obtenu un diplôme de Gestion Tribale, et du Tanana Valley College, où il a obtenu un diplôme de Stratégie Technologique. Après ses études, il a été employé par le Conseil Athabascan de Gouvernements Tribaux (CATG) à Fort Yukon, en Alaska. Il est retourné chez lui à Chalkyitsik pour travailler pour la Tribu et a ensuite été nommé Administrateur Tribal à Chalkyitsik. Son expérience en matière d’environnement, concernant le planning et la dépollution, et la protection de nos eaux et terres vierges, a été fondamentale pour le décider à servir le Comité Directeur Gwich’in.

La Tournée Gwich’in dans le Sud-ouest a pour but de protéger leurs terres. Ils sont allés à Phoenix, puis au Nevada, et iront en Utah, au Colorado et d’autres états.

 

DES GWICH’IN PARLENT DE LA DEFENSE DU CARIBOU ET DE L’ARCTIQUE A LAS VEGAS ET INVITENT LES GENS DU NEVADA A LES AIDER A PROTEGER LEUR TERRITOIRE

La délégation Gwich’in a été accueillie chaleureusement à Las Vegas, au cours de leur tournée pour défendre l’Arctique. Les Gwich’in devaient s’exprimer à Reno ce mardi 23 mai 2017.

Par les Gwich’in en tournée dans le Sud-ouest
Publié sur Censored News
Le 22 mai 2017

RENO, Nevada – Un groupe d’Autochtones d’Alaska sont dans le Nevada cette semaine, dans le cadre d’une tournée du Sud-ouest. Ils sont farouchement opposés à un projet de loi qui autoriserait le forage de pétrole et de gaz dans leur territoire, y compris une partie du Refuge National Arctique pour la Vie Sauvage.

Deux femmes de la Tribu Gwich’in en ont parlé à Las Vegas dimanche et devaient en parler à Reno mardi, à l’occasion de la projection d’un court métrage sur leur bataille pour sauver leurs terres ancestrales et le troupeau de caribous qui les nourrit. Bernadette Demientieff, Directrice Exécutive du Comité Directeur des Gwich’in, dit que le troupeau est une partie essentielle de leur héritage – raison pour laquelle sa tribu s’est fermement opposée au développement depuis des décennies.

“Tout comme les Autochtones d’Amérique du Nord avec le bison, ils ont un rapport spirituel et culturel, ce même rapport que nous avons avec le troupeau de caribous Porc-épic” dit B. Demientieff. “La Nation Gwich’in émigrait avec le troupeau de caribous depuis plus de 20 000 ans. Ce qui arrive au caribou arrive aux Gwich’in.”

Les soutiens de la tribu veulent bloquer les forages pour le pétrole et le gaz en accordant la protection pour la vie sauvage à environs 6000 km² du Refuge National Arctique pour la Vie Sauvage. Ils ont présenté au Parlement la Résolution 1889, la Loi Udall-Eisenhower pour la Zone Sauvage Arctique.

Mais la Sénatrice de l’Alaska Lisa Murkowski a soutenu la Loi Sénatoriale 49, pour autoriser le forage sur plus de 8 km² dans le refuge.

Fawn Douglas, membre de la Tribu Paiute de Las Vegas, dit que la lutte de la Tribu Gwich’in est très similaire à celle des gens du Nevada pour protéger Gold Butte.

“Ils essaient de protéger leurs territoires de tout développement. Et c’est ce que nous avons fait quand c’est arrivé à Gold Butte” dit Fawn Douglas. “Et penser que tout endroit soit profané ou dévasté par de l’extraction minière ou n’importe quel développement, est tout simplement absurde. Et ils sont engagés dans la même bataille, le même combat.”

La Tribu Gwich’in dit que la migration du troupeau de caribous et leur lieu de reproduction seraient perturbés si le Congrès approuvait le forage dans le Refuge National Arctique pour la Vie Sauvage. Ils espèrent que les habitants du Nevada écriront à leurs Représentants pour exiger la protection de la zone.

 

MESSAGES DU DESERT

Par la Tournée Gwich’in dans le Sud-ouest
Publié par Censored News
Le 23 mai 2017

Le Refuge National Arctique pour la Vie Sauvage est l’un des derniers lieus sauvages intactes dans le monde. Actuellement, comme beaucoup de terres publiques du Sud-ouest, il est confronté aux pires menaces.

Des membres de la Nation Gwich’in, qui ont dépendu du Refuge Arctique pour leur survie depuis des millénaires, voyagent dans le désert du Sud-ouest des Etats-Unis pour donner l’alarme et s’entendre avec les communautés qui dépendent de terres publiques. Récemment, nous nous sommes arrêtés à Las Vegas, dans le Nevada, où nous avons été chaleureusement accueillis par les dirigeants Paiute de Las Vegas et des Nations Paiute Moapa.

Ça a été un très long voyage. J’étais très fatiguée et avait décidé que dès que nous serions là-bas, j’irai dormir. Ça n’a pas été le cas. Au premier regard, je suis automatiquement tombé amoureuse. Ça a pris quelques minutes pour remercier le Créateur de nous avoir amenés dans ce pays et de nous avoir aidés à en comprendre la beauté. En regardant le ciel la nuit, mon cœur était reconnaissant et honoré d’être là. Les étoiles semblaient si proches que j’ai littéralement combattu mon sommeil, parce que je ne voulais pas que la nuit cesse. Quelque fois, nous ne nous rendons pas compte de ce que nous avons, de ce que le Créateur nous donne. Ces territoires ancestraux sont spéciaux selon tant de points de vue, ils nous relient tous et nous devons rester unis pour les protéger pour toujours.

Je me suis sentie tellement connectée à la terre. J’ai même vu une étoile filante. Et j’ai souhaité que nous soyons tous unis pour réussir à protéger nos modes de vie. Cette tournée est vraiment une révélation spirituelle. Je continue à apprendre et à renforcer nos liens avec nos parents Autochtones du Sud-ouest – Bernadette Demientief, Directrice Exécutive du Comité Directeur Gwich’in.

Nous nous sommes réveillés à 6h du matin, pour visiter le nouveau Monument National de Gold Butte, à présent menacé. Alors que nous marchions parmi les rochers rouges, nous nous sommes arrêtés pour regarder des surfaces rocheuses sur lesquelles on voyait des pétroglyphes datant de 200 à 1000 ans. Nous avons aussi vu de nos propres yeux la nécessité de protéger cet endroit – une esquisse de mouflon arrosé de balles.

Les protections offertes à Gold Butte en raison de son statut de monument national sont comme beaucoup maintenant menacées par une directive du gouvernement Trump de passer en revue tous les monuments nationaux du pays. L’intention de cette directive est clairement de retourner en arrière, et si possible d’aller jusqu’à éliminer des monuments nationaux, au grand désespoir de ceux dont l’histoire est protégée par ce statut.

Je laissais aller mes pensées quand nous faisions route vers Gold Butte. J’étais fatigué et me demandais quelle était notre destination au cœur du désert. Camper en Alaska implique d’avoir un fusil et de camper dans la nature sauvage. L’arrivée au lieu du camping m’a transportée, en particulier la colline appelée First Rock [Premier Rocher]. Cette colline avait un éclat rouge alors que le soleil couchant l’éclairait. Magnifique.

Les relations avec des membres de la tribu Paiute m’ont ramenée chez moi, dans la Nation du Peuple Gwich’in. Nous nous ressemblons tellement.

La randonnée dans les rochers et les pétroglyphes ont été merveilleux. La première chose à laquelle j’ai pensé, c’était les Pueblo qui autrefois vivaient parmi les rochers. Les contacts avec d’autres tribus permettent à mon esprit de s’unir pour soutenir d’autres tribus – James Nathaniel Jr. est membre du Conseil du Comité Directeur des Gwich’in.

La fragilité de ce lieu dans le désert est comme la toundra de l’Arctique, et nous rappelle que nous devons combattre pour protéger les deux, pour continuer à maintenir la vie qui y a été et continue à y prospérer. Nous sommes connectés à ces terres de très près, mais aussi de très loin.

 

Tagged with:
 


Photo Natalie Hand: des groupes Ecologistes se sont rassemblés lors des audiences publiques, en petits groupes pour éviter d’être arrêtés selon la nouvelle loi anti-manifestations du Dakota du Sud.

 

Depuis des décennies, les Lakota sont menacés par l’ouverture de mines d’uranium dans les Black Hills. Le 11 mai 2017, Owe Aku [Bring Back the Way, présidente Debra White Plume] a publié le message suivant, et le 18 mai, Lakota Country Times a publié un article sur la situation actuelle, écrit par Natalie Hand, en collaboration avec Owe Aku. Les deux sont traduits en français ci-dessous.

Christine Prat

 

En mars de cette année, l’EPA [Agence de Protection de l’Environnement] a accordé deux propositions de permis à Powertech, une entreprise multinationale, branche de la compagnie canadienne Azarga Uranium Corporation. Si réunis, ces permis autoriseraient le forage de milliers de puits dans 14 secteurs différents. Ces puits seraient creusés jusqu’à des centaines de mètres dans le sol et perceraient le système de nappes aquifères Inyan Kara. Le deuxième permis a pour but d’autoriser l’évacuation des déchets dangereux de l’extraction d’uranium. Les permis exposeraient inutilement Lakota Oyate [la Grande Nation Sioux] au désastre de l’extraction d’uranium et constitueraient une perpétuation de la guerre de l’Amérique contre les peuples des Nations Rouges.

“Les nappes aquifères Inyan Kara, Minnelusa et Madison sont les principales sources d’eau souterraine dans le nord des Black Hills, le Dakota du Sud et le Wyoming, ainsi que les Bear Lodge Mountains, dans le Wyoming. Les nappes aquifères sont menacées dans les Bear Lodge Mountains et les Black Hills, et sont à environs 900 et 1500 mètres sous la surface du sol… Le mouvement de l’eau souterraine va de la zone d’affleurement vers le centre du Dakota du Sud.”

[Etude d’USGS, en anglais, https://pubs.er.usgs.gov/publication/wri864158 ]

Trois réunions d’information publiques ont eu lieu, à Rapid City, Hot Springs et Edgemont. La dirigeante d’Owe Aku, Debra White Plume a témoigné à Edgemont.

 

LES PROTECTEURS DE L’EAU D’OWE AKU COMBATTENT L’URANIUM DANS LES BLACK HILLS

Powertech concède : “l’eau est déjà de mauvaise qualité”

Par Natalie Hand
Pour Lakota Country Times, en collaboration avec Lakota Media Project
Publié le 18 mai 2017
Traduction Christine Prat

 

EDGEMONT, Dakota du Sud – Une série de réunions pour commentaires publiques organisés par l’Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis, Région 8, s’est terminée par la réunion finale à Edgemont, le 11 mai.

Edgemont, une localité située dans le sud des Black Hills, n’est pas étrangère à l’extraction d’uranium. L’uranium, utilisé pour alimenter les centrales nucléaires, a été découvert près d’Edgemont en 1952, avant que les règles actuelles sur l’environnement n’aient été adoptées. Pendant des décennies, l’extraction en plein air a été pratiquée, jusqu’au milieu des années 1980, quand les mines ont été abandonnées à cause de la chute des cours de l’uranium.

Dans des puits d’eau à usage domestique, situés près des mines abandonnées, des taux de radium excédant les normes pour l’eau potable ont déjà été trouvés, et l’un d’entre eux présentait des taux d’uranium dangereux. D’autres résultats de l’évaluation préliminaire ont indiqué la présence de radionucléides dans des échantillons d’eau de surface de Pass Creek, Beaver Creek et de la Rivière Cheyenne.

30 ans plus tard, une nouvelle compagnie, Powertech Inc., une branche d’Azarga Uranium, basée à Hong Kong, cherche à réactiver l’extraction d’uranium dans la même région.

Powertech a passé les 11 dernières années à essayer de remettre en route la Mine d’Uranium Dewey Burdock et a anticipé l’approbation de l’EPA en 2017, d’après Mark Hollenbeck, Directeur de Projet de la Mine d’Uranium Dewey Burdock pour Powertech.

Powertech a l’intention d’utiliser plus d’un million de mètre-cubes d’eau souterraine de la nappe Madison par an, pour remplacer l’eau pompée des nappes aquifères Inyan Kara par les opérations de récupération d’uranium et les activités de restauration des eaux souterraines.

Cependant, les opposants ont toujours été fermes pour empêcher le projet dans cette région susceptible de sécheresses, se référant aux dangers pour la santé publique, la terre et l’eau. Des rassemblements ont été organisés dans chaque lieu de réunion publique.

Tonya Stands, une Oglala, est l’organisatrice des rassemblements et membre de No Uranium in Treaty Territory [Pas d’Uranium en Territoire sous Traité]

T. Stands a déclaré “Nous avons collaboré avec l’Alliance pour l’Eau Propre des Black Hills, l’Action Rurale du Dakota, l’Union des Sœurs pour Protéger l’Eau Sacrée, et d’autres pour diffuser l’information sur les audiences de l’EPA et informer les gens sur la protection de l’eau, en fournissant des repas et en organisant des marches de prière”.

Isaiah Cox, 11 ans, de Hot Springs, a renoncé à son voyage scolaire à Evan’s Plunge pour assister à la réunion.

“Je suis allé à l’audience de Hot Springs et ça m’a intéressé. Alors je suis venu ici aujourd’hui pour exprimer mon opinion. Les agriculteurs ont besoin d’eau. Les animaux et les plantes ont besoin d’eau saine. Cette mine abimera notre eau,” dit Cox.

M. Hollenbeck, avec d’autres mineurs d’uranium locaux en retraite, a assisté à l’audience et entrepris de rejeter les craintes du public.

“Nous ne faisons qu’ajouter de l’oxygène et de l’oxyde de carbone pour extraire l’uranium. Donc, ce que nous extrayons du sol est ce que nous remettons dans le sol. L’idée selon laquelle cette eau est bonne est erronée. C’est de l’eau polluée au départ. Nous ne pouvons pas boire cette eau aujourd’hui. Ce ne sera pas exactement la même, mais elle sera utile, comme elle l’a été” remarqua Hollenbeck.

Hollenbeck est un éleveur garanti bio qui fait paître son troupeau près du site de la mine et est convaincu que son bétail est sain pour la consommation humaine.

Judy Schumacher, de Provo Township, n’est pas d’accord.

“J’ai grandi dans un ranch près de Buffalo, dans le Dakota du Sud. Nos vaches blanchissaient et mouraient après avoir bu dans des mares où les tests de forage d’uranium avaient eu lieu dans les années 1950-60. J’ai survécu à un cancer et ma fille a eu un cancer à 22 ans. On ne peut pas nettoyer les radiations dans l’eau. Je veux savoir comment Powertech va garantir que ce n’est pas dangereux” dit J. Schumacher.

Debra White Plume (une Lakota Oglala) de Porcupine, dans le Dakota du Sud, s’est adressée aux officiels de l’EPA.

“Vous n’êtes pas la première commission pour la paix à venir ici. Il y en a déjà eu une, il y a 149 ans, pour négocier le Traité de Fort Laramie de 1868 et le Traité de Horse Creek de 1851 avec nos ancêtres. Ce traité maintenait une base territoriale et des droits sur l’eau pour les Nations Lakota, Cheyenne et Arapaho. Je ne veux pas autoriser Azarga à empiéter sur notre territoire ancestral. La Déclaration sur les Droits de Peuples Autochtones des Nations Unies dit que les gouvernements doivent avoir le consentement libre, préalable et informé des Peuples Autochtones avant de procéder à un développement, et nous ne l’avons pas eu” dit Debra White Plume.

Debra White Plume est la principale plaignante dans l’affaire contre l’expansion de la mine d’uranium de Cameco Corporation près de Crawford, dans le Nebraska. D’après Debra White Plume, les déchets radioactifs ont fui pendant 4 ans avant d’être détectés sur le site de la mine.

Les officiels de l’EPA ont remarqué que ça prendrait plusieurs semaines pour consulter les témoignages écrits et publiques avant d’arriver à une décision sur les permis de Powertech.

 

 

LE CORPS D’ARMEE DIT QUE DES VIES SERAIENT MISES EN DANGER SI LA VERITE SUR LES RISQUES DE MAREE NOIRE DE L’OLEODUC DAKOTA ACCESS DANS LE LAC OAHE ETAIENT REVELES

Par Brenda Norrell
Censored News
25 avril 2017
Traduction Christine Prat

Le Corps d’Armée des Ingénieurs dit que des vies seraient mises en danger s’il révélait la vérité sur des fuites potentielles de l’oléoduc Dakota Access dans le Lac Oahe. Le Corps d’Armée refuse d’accorder une réponse à la Demande de Liberté d’Information de l’agence d’informations Muck Rock.

Le conseiller juridique du Corps d’Armée dit qu’il maintenait les faits secrets, sur la base d’une loi des Etats-Unis « qui protège les dossiers constitués dans des buts de maintient de l’ordre et qui s’ils étaient publiés, pourraient selon toute probabilité, mettre en danger la vie ou l’intégrité physique d’un individu. Les documents en question contiennent des informations relatives à une infrastructure sensible qui, si mal employées, pourraient mettre en danger les vies et propriétés de gens. »

Muck Rock a déposé une Demande de Liberté d’Information pour avoir plus de renseignements sur les fuites potentielles. La demande de Muck Rock fait suite à la mention de ces fuites potentielles dans un document du Corps des Ingénieurs de l’Armée concernant le projet de faire traverser l’oléoduc sous le Lac Oahe.

Le risque de marées noires dans le Fleuve Missouri et la pollution potentielle de l’eau potable de millions de gens, est la raison pour laquelle des Autochtones et leurs alliés ont risqué leurs vies pour empêcher la construction de l’oléoduc et le transport de pétrole brut sous le Lac Oahe.

Les Protecteurs de l’Eau à Standing Rock ont été frappés, aspergés de gaz lacrymogène, se sont fait tirer dessus avec des balles en caoutchouc, ont été arrosés avec des canons à eau alors qu’il gelait, ont été arrêtés au cours de cérémonies par la police militarisée et emprisonnés dans des chenils dans le Comté de Morton, avec des numéros sur les bras comme faisaient les Nazis. Plus de 800 protecteurs ont été arrêtés à Standing Rock alors qu’ils défendaient l’eau contre l’oléoduc Dakota Access.

 

Ci-dessous, la réponse du Corps d’Armée à la Demande de Liberté d’Information de Muck Rock:

—————————————————————————–

DEPARTMENT OF THE ARMY
U.S. ARMY CORPS OF ENGINEERS
HUMPHREYS ENGINEER CENTER SUPPORT ACTIVITY
7701 TELEGRAPH ROAD
ALEXANDRIA, VA 22315-3860

21 avril 2017
Office of Counsel
A M. Michael Morisy
Muck Rock
DEPT MR 34606
411A Highland Avenue
Somerville, MA 02144-2516

Cher M. Morisy,

Ceci est une réponse à votre demande selon la Loi de Liberté d’Information (F OIA), datée du 7 mars 2017, dans laquelle vous souhaitiez obtenir un rapport d’évaluation de l’impact potentiel d’une fuite de pétrole de l’Oléoduc Dakota Access au cours de la traversée du Lac Oahe, dans le Dakota du Nord.

Je refuse de transmettre le document demandé dans sa totalité, selon l’article 5 US. C. 552(b)(7)(f) de l’OIA, qui protège les dossiers assemblés dans des buts de maintient de l’ordre, et qui, s’ils étaient publiés pourraient mettre en danger la vie et la sécurité physique d’un individu. Le document auquel vous vous référez contient des informations relatives à une infrastructure sensible qui, si mal utilisées, pourraient mettre en danger les vies et les propriétés de gens.

Pour plus d’assistance et pour discuter un quelconque aspect de votre demande, vous avez le droit de prendre contact avec le service de Liaisons Publiques de l’USACE ou d’appeler le (202) 761-4791. De plus, vous avez le droit de prendre contact avec le Bureau des Services d’Information du Gouvernement (OGIS) pour vous renseigner sur les services de médiations qu’ils proposent. [… adresses et numéros de téléphone dudit OGIS]. Enfin, vous avez le droit de faire appel de ma décision de ne pas transmettre ce document auprès du Secrétaire de l’Armée. Votre appel devra porter la mention Appel selon la Loi de Liberté d’Information et être envoyé par email à foia@usace.army.mil ou m’être envoyé à l’adresse indiquée dans l’entête. Votre appel doit être posté – le cachet de la poste faisant foi – ou envoyé électroniquement, dans les 90 jours suivant la date de cette lettre.

Cordialement,

RM
Damon Roberts
Conseiller Juridique de l’HECSA

Imprimé sur du Papier Recyclé

————————————————————————-

Notez que cette lettre, qui indique l’intention de ses auteurs de mettre en danger de pollution grave le Lac Oahe et l’eau de millions d’usagers en aval, est imprimée sur du papier recyclé!

 

Tagged with: