En présence de la jeunesse engagée et de membres de la Communauté Indienne de Gila River (GRIC), le projet de ‘Ville Nouvelle’ de la firme Pangea et de l’ Association des Propriétaires Terriens de Pecos (PLA), a été bloqué par le conseil tribal

 

Par GRIC CONTRE 202

Contact: gricagainst202@gmail.com

Publié par Censored News  See original article in English

Lundi 22 octobre 2012

Traduction Christine Prat

 

SACATON, Arizona – Au cours de la session du 17 octobre 2012 du Conseil Tribal de la Communauté Indienne de Gila River (GRIC – Akimel O’odham), la firme Pangea, LLC et l’Association des Propriétaires Terriens du Pecos (PLA – Pecos Landowners Association) ont essayé de faire pression pour faire avancer leurs projets de construction d’une ville et d’une autoroute à l’intérieur de la Réserve. Pangea cherchait à obtenir l’accord du conseil tribal pour un Mémorandum d’Entente (MOU – Memorandum of Understanding) qui donnait à Pangea et ses investisseurs les droits exclusifs de développer plus de 22 km² de terres tribal de l’ouest de la réserve le long du futur périphérique 202, mémorandum contre lequel la GRIC a voté en février dernier. L’Association des Propriétaires Terriens a essayé de faire pression sur le conseil tribal pour qu’il approuve l’initiative de la compagnie Pangea d’organiser encore un vote de plus de la communauté au sujet du périphérique 202.

Mais Pangea et l’Association des Propriétaires eurent la surprise d’être confrontés à des jeunes portant des masques respiratoires et des t-shirts contre la construction du périphérique 202, qui cherchaient à leur faire endosser leur responsabilité pour le vote de février dernier. Par ce vote, les électeurs de la GRIC se sont exprimés contre la construction de la portion d’autoroute. Les jeunes de Gila River, dont les masques symbolisaient la pollution environnementale causée par les autoroutes à la terre et à l’air, assistaient au conseil tribal pour exiger que les officiels élus respectent le choix de non-construction exprimé par les gens.

« je ne peux pas encore voter, mais si je pouvais, j’aurais voté contre aussi. Les gens qui veulent construire l’autoroute devraient penser à ma génération et à ce qui nous arrivera si nous devons tous hériter de la pollution de l’autoroute » dit Lily Miles, 14 ans, de Komatke et Vah-ki, l’une des douze jeunes qui portaient des masques et des t-shirts en solidarité avec ceux de la communauté qui s’étaient exprimés contre la construction.

Depuis le vote historique contre cette extension du périphérique 202, beaucoup de membres de la GRIC, spécialement les jeunes, ont eu le sentiment que leur direction tribale n’avait pas totalement soutenu la position anti-construction de la communauté. Ce soupçon a été renforcé lorsque le Gouverneur de la GRIC Mendoza a autorisé Pangea à organiser des consultations avec le Bureau de Conseil Général de la GRIC au sujet de leur ‘Concept de Ville’ et de leurs projets d’autoroute. En plus, le Gouverneur Mendoza a présenté la proposition de l’Association des Propriétaires Terriens pour un nouveau vote au Comité Législatif Permanent de la GRIC le 26 septembre.

S’il était approuvé par le Conseil Tribal de la GRIC (Communauté Indienne de Gila River), le gigantesque projet de ‘Concept de Ville’, de la taille de 5000 terrains de football, serait le plus grand projet de construction de l’histoire du Bureau des Affaires Indiennes (BIA) et de la Communauté Indienne de Gila River. Les partisans du Non à la construction qui ont assisté à la séance du conseil de mercredi ont dû élever leurs voix contre Pangea et l’Association de Propriétaires dans les locaux de conseil tribal sans dire un mot. Leurs masques respiratoires et leurs t-shirts « Non à la construction de 202 » ou « risque bio 202 » s’adressaient à une possible profanation de Muhadag Do’ag (South Mountain – Montagne du Sud) et aux impacts négatifs de l’autoroute projetée sur l’environnement et la santé de la communauté.

« Nos dirigeants tribaux doivent être tenus pour responsables de leurs allégeances » dit Renee Jackson of Vah-ki, qui faisait partie des partisans du ‘Non’ portant un masque respiratoire et un t-shirt « risque bio 202 » pendant la réunion. « Nos représentants doivent être clairs quant à leur position sur la question de l’autoroute ».

Pendant que le conseil se réunissait en séance exécutive pour se décider sur le mémorandum de Pangea et la proposition de nouveau vote de l’Association de Propriétaires, les douze jeunes ont engagé la discussion, dans les couloirs, avec les propriétaires de terres de Gila River partisans de l’autoroute. Les jeunes ont exprimés leurs inquiétudes sur l’impact écologique, sanitaire et culturel que le ‘Concept de Ville’ pourrait avoir sur leur avenir, tandis que le conseil était en séance exécutive fermée au public. La seule présence de ces douze jeunes a aidé à exprimer l’opinion des 720 membres de la Communauté qui avaient voté ‘Non’ à la construction, et leurs masques respiratoires ont montré le danger potentiel que l’autoroute pourrait présenter.

« Aujourd’hui nous avons montré de quel côté est la jeunesse et que c’est une jeunesse qui s’implique. Le projet de ville de Pangea et de la PLA (Association de Propriétaires) est un danger pour notre avenir et un risque écologique pour la terre et la montagne » dit Andrew Pedro, 18 ans, de Sacaton, qui a imprimé les t-shirts « risque bio ». « Les gens me demandent plus de t-shirts, et je crois que c’est la première des manifestations visuelles à venir ».

« J’ai eu le sentiment que c’était ma responsabilité de venir ici et de m’informer sur ce qui se passe autour de moi et de ma communauté, parce que j’hériterai aussi ce cette terre » dit Karma Miles, 11 ans, de Komatke et Vah-ki.

Malgré ce qui pouvait opposer les jeunes et leurs compatriotes propriétaires de la GRIC, ils se sont montrés respectueux et ont même aidé les Anciens de l’Association de Propriétaires (PLA) à installer leurs chaises pour la séance exécutive.

Après près d’une heure de réunion en séance exécutive, le Conseil Tribal a décidé que onze questions cruciales devaient être résolues avant qu’un mémorandum sur les projets d’aménagement du territoire par Pangea puisse être approuvé. Les onze points concernent la sécurité publique, le budget, l’autorité juridique et des questions de gestion des terres qui n’ont pas été abordées dans le mémorandum présenté par Pangea. Le Conseil a clairement déclaré que les onze questions devaient être résolues avant que le mémorandum de Pangea puisse être à nouveau présenté au Conseil. De plus, l’initiative trompeuse intitulée Sauvez la Montagne a été présentée suivant la procédure standard du Bureau du Secrétaire du Conseil de la GRIC (CCSO), pour la vérification des signatures. L’Association des Propriétaires – PLA – a présenté sa proposition, soutenue par Pangea, au Bureau du Secrétaire du Conseil de la GRIC (CCSO)  le 27 septembre, avec le soutien des signatures de 1527 propriétaires de terres. Le Conseil Tribal a déclaré que chaque signature devait être vérifiée avant que le conseil prenne la proposition en considération. Comme ce fut le cas avec une autre proposition des gens de la Gila River fondée sur des signatures individuelles, cela pourrait prendre entre quatre et six mois au Bureau du Secrétaire (CCSO) pour les vérifier, d’autant plus que des rapports font état de défaut d’enregistrement comme membre de la tribu de certains signataires, comme l’a signalé Linda Andrews, Secrétaire du Conseil de la communauté, à la réunion du conseil. La proposition intitulée Sauvez la Montagne, que Pangea et la PLA considèrent comme « la première Initiative des Gens dans le cadre des droits du Peuple selon la Constitution Tribale de la GRIC », ne sauve pas la montagne vu qu’elle appelle à construire l’autoroute rejetée sur des terres tribales au pied des pentes de Muhadag Do’ag (South Mountain – Montagne du Sud).

En dépit des procédures légales exigées pour approuver un vote d’initiative populaire, un représentant de Pangea a exercé des pressions sur le conseil pour qu’il approuve l’initiative pro-autoroute. Joey Perez de Pangea et membre de la communauté, a tenté d’obtenir que le conseil réduise considérablement le délai  nécessaire à l’approbation, en se référant au 14ème amendement de la constitution de la GRIC, qui dit que le conseil a 60 jours pour prendre une décision sur toute proposition qui lui est présentée. L’interprétation de la compagnie Pangea, exprimée par Perez, était que le délai commençait le 27 septembre, lorsque les signatures ont été soumises, ce qui forcerait le conseil a envisager un nouveau vote sur le périphérique 202 à la fin de l’année. Mais Perez, Pangea et l’Association des Propriétaires se sont heurtés aux procédures standard de la GRIC concernant les propositions d’initiative populaire : les signatures doivent être vérifiées avant que la proposition soit examinée par le conseil.

La raison pour laquelle la compagnie Pangea et les partisans de la construction veulent nier la victoire du ‘Non’ et essaient de pousser le conseil tribal à organiser un autre vote sur le projet d’autoroute est qu’en 2013 les règles fédérales sur la location-crédit de terres attribuées aux tribus deviendront beaucoup plus restrictives. Des modifications du Titre 25 du Code du Bureau des Affaires Indiennes des Règles Fédérales exigeront le consentement de 100% des propriétaires des terres pour approuver tout nouveau contrat de location de terres tribales à des entreprises commerciales. Ceci soumettrait le Concept de Ville de Pangea, centré sur la construction du périphérique 202, à des réglementations fédérales renforcées.

La décision du Conseil d’exiger de Pangea et de l’Association de Propriétaires (PLA) qu’ils soient clairs et responsables était un premier pas qui aurait dû être fait depuis longtemps pour rattraper neufs mois d’inaction sur la question du vote contre la construction. Pangea et la PLA s’attendaient à sortir de la réunion du conseil tribal avec un nouveau vote sur le périphérique 202 sur l’agenda et sans opposition à leurs plans de développement du territoire. Mais la séance du conseil tribal s’est terminée par une défaite pour Pangea et la PLA lorsqu’ils furent confrontés aux manques évidents de leur campagne malhonnête visant à détruire plus de 22 km² pour la ville de Pangea, et durent faire face à des jeunes dont la santé future dépend de la préservation de Muhadag Do’ag et de leurs terres.

« Ce fut un grand jour, une autre petite victoire » dit Lori Thomas, de l’Alliance de Gila River pour un Environnement Propre. « Les jeunes présents ont été merveilleux. C’était bien de les voir s’engager sur cette question. Une petite bataille a été gagnée mais la lutte continue à faire rage. »

Pour les jeunes qui ont assisté à cette étape de la lutte plus large pour l’arrêt complet du périphérique 202, çà leur a montré que leur participation serait cruciale pour le futur de la communauté et qu’une nouvelle forme d’expression est requise pour que leurs voix soient entendues par la firme Pangea et l’Association des Propriétaires (PLA), ainsi que par le conseil tribal de la GRIC et le gouverneur Mendoza.

« Nous avons produit un effet en représentant tous les adversaires de la construction qui ne peuvent être ici, aller à ces réunions et être entendus » dit Ana Morago, 18 ans, de Stotonic. « Nous n’avons pas été amenés par bus, comme le fait Pangea pour amener ses gens. Et bien que nous n’ayons pas parlé, nos actions et notre façon de nous présenter ont parlé plus fort ».

 

3 Responses to DES JEUNES DE LA RESERVE GILA RIVER INTERROMPTENT LE PROJET D’EXTENSION DU PERIPHERIQUE 202

  1. […] projet, qui causera certainement beaucoup de pollution et de dommages à la montagne sacrée. (Voir http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=1094 […]

  2. […] article traduit en français sur la résistance au projet dans la Réserve de Gila […]

  3. […] traduction d’un article sur la résistance des jeunes de la Communauté de Gila River […]