LUTTES CONTRE LES OLÉODUCS AU CANADA : L’ATTAQUE DES WET’SUWET’EN PAR LA POLICE MONTÉE A COMMENCÉ ! SOLIDARITÉ INTERNATIONALE URGENTE !

Les Nations Wet’suwet’en luttent contre le passage d’oléoducs sur leurs territoires depuis près de dix ans. Le camp Unist’ot’en a été créé en 2010 pour bloquer l’accès au territoire Wet’suwet’en aux entreprises pétrolières et minières qui n’y ont jamais été autorisées par les Autochtones. Depuis, de nombreux incidents ont eu lieu, la Police Montée Royale Canadienne [RCMP] ayant tenté d’expulser ou d’arrêter les opposants aux oléoducs à de nombreuses reprises. Le 6 février 2020, la Police Montée a attaqué. Les Unist’ot’en constituent un des cinq clans de la Première Nation Wet’suwet’en.

Voir historique dans un article de 2012 :  http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=1174

Sur les incidents de janvier 2019 voir sur le site du CSIA-Nitassinan, l’article « Unist’ot’en : Non cédé. Invaincu ! », et les suivants.

Appel sur Facebook
6 février 2020
Publié sur Censored News
Le 7 février 2020
Traduction Christine Prat

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE : C’EST MAINTENANT ! TOUS DANS LES RUES POUR WET’SUWET’EN

Le raid de la Police Montée Royale Canadienne contre la Nation Wet’suwet’en a commencé. « Nous organisons des actions pacifiques en tant que peuples souverains, sur nos territoires, et demandons que toutes les actions entreprises en solidarité se passent pacifiquement et selon les lois traditionnelles des autres Nations Autochtones. L’effraction par la force dans les territoires Wet’suwet’en et l’éviction des Autochtones de leurs propres terres doivent être stoppées. Il faut affronter les gouvernements de la Province et Fédéral. »

Photo by Emily Fagan, University of Victoria

ARRESTATIONS AVANT L’AUBE DANS LES TERRITOIRES UNIST’OT’EN

Publié sur le site Unist’ot’en
Le 6 février 2020
Traduction Christine Prat

DÉROULEMENT DE LA PREMIÈRE ATTAQUE, publié le 6 février sur le site UNIST’OT’EN [avec vidéo]

4h57 (du matin) : Le porche à 39 km a été rompu. 13 véhicules de la Police Montée [de nos jours, montée en 4×4] ont passé le km 39. La route est dégagée, 1 à 4 arrestations ont lieu. Ça continue.

4h55 – Il n’est pas encore 5h – mais il fait encore nuit noire – et nous venons d’entendre que la Police Montée avait effectué sa première arrestation au poste de surveillance #Wetsuweten au km 39. Les flics encerclent les gens là-bas et commencent à dégager la route qui conduit au point de contrôle Gidimt’en.

5h05 – Nous avons entendu que 13 véhicules de la Police Montée démontent les tentes. Autant que nous sachions, ces tentes ne bloquaient PAS la route et ne font pas partie de la zone soumise à une injonction.

5h30 – On nous fait parvenir des rapports du front disant que certains membres de la Police Montée avaient sorti leurs armes – pas pointées sur les gens – mais tout de même à la main.

On nous dit que même avec plus d’une douzaine de véhicules dans notre territoire, la salle de la communauté de Houston est encore pleine de flics prêts à envahir nos terres.

5h43 – Nous estimons qu’il y a plus d’une douzaine de flics sur le site, dont six encerclent la personne qui communique les mises à jour par radio.

5h56 – La personne à la radio, au km 39, annonce que la Police Montée a brisé les vitres de leur véhicule.

6h22 : Nous avons perdu la communication avec le poste Gidimt’en au km39, après que la Police Montée ait brisé les vitres du véhicule radio. Il fait toujours nuit noire dehors.

6h43 : On nous fait savoir que la Police Montée bloque maintenant la route de la forêt à 4 km.

6h59 : Nous apprenons que la Police Montée était partie de la ville en un convoi d’au moins 20 véhicules. #Wetsuweten #WetsuwetenStrong

7h22 : 36 véhicules, 1 ambulance et du matériel lourd ont démarré du point à 4 km. Il y a au moins 2 bulldozers et une excavatrice.

7h48 : La Police Montée transporte les 4 supporters arrêtés à Houston, en Colombie-Britannique. Tout le monde au km 39 est arrêté, à part les médias. Les gens des médias qui se trouvaient au km 39 sont emmenés dans un car de police.

10h57 : La Police Montée a établi une zone d’exclusion totale à leur point de contrôle à 27,5 km. Ils empêchent les médias et les Wet’suwet’en d’approcher, à l’exception des chefs qui obtiennent un permis d’un gradé. Nous ne devrions jamais être exclu de notre yintah, mais la Police Montée a transformé notre territoire en un état policier.

14h : Nous venons d’apprendre que la machinerie lourde a été entendue approchant du point de contrôle Gidimt’en à 44 km. Ils ne peuvent pas encore les voir. Un hélicoptère de la Police Montée vole au-dessus du camp Gidimt’en.

Les supporters des Wet’suwet’en arrêtés aujourd’hui refusent de signer les conditions de leur libération.

14h40 : Le point de contrôle Gidimt’en peut maintenant voir l’équipement lourd qui arrive vers eux.

16h44 : Les Chefs et supporters ont bloqué la route à 27 km, forçant la Police Montée à laisser passer les chefs. Le travail de dégagement a été interrompu à 44 km. Dsta’hyl (Likht’samisyu) dit que les #Wetsuweten imposeront l’éviction de Coastal Gaslink par tous les moyens dont ils disposent.

18h45 : Mise à jour légale : les six personnes arrêtées dans les territoires Gidimt’en ce matin sont en train d’être libérées sans accusations. Trois sont déjà dehors.

Le 13 janvier 2020, la Police Montée avait instauré une « zone d’exclusion » à 27 km et empêchait les médias, les Wet’suwet’en et la nourriture d’arriver sur le territoire, en violation des droits humains, de la loi Wet’suwet’en et des droits des Autochtones protégés par la constitution.

Le 22 janvier, la Police Montée avait refusé l’accès à des avocats et observateurs légaux.

Plus récemment, plusieurs appels et déclarations urgents avaient été publiés sur la page Facebook du Camp Unist’ot’en :

24 janvier 2020, 6h54 : « les actions du gouvernement Canadien contre le camp Unist’ot’en et pour soutenir l’oléoduc TransCanada Coastal Gaslink, sont en opposition directe avec les obligations internationales du Canada et la législation de la Colombie-Britannique de mettre une halte au changement climatique. En violation de ces obligations, et en déployant la Police Montée Royale Canadienne contre les chefs héréditaires Wet’suwet’en et leurs soutiens, le gouvernement de la Colombie-Britannique agit contre les intérêts de tous ses habitants. »

Communiqué de presse du 24 janvier, 23h23 : Les Chefs Héréditaires Wet’suwet’en réitèrent leur demande de rencontrer le premier ministre [de Colombie Britannique] Horgan.

24 janvier 2020, Smithers, Colombie Britannique – Les Chefs Héréditaires représentant la totalité des cinq clans de la Nation Wet’suwet’en réitèrent leur demande de rencontrer le premier ministre John Horgan à propos des violations des droits et du titre des Wet’suwet’en.

Horgan et le Ministre des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation (MIRR), Scott Fraser, ont fait passer les communications par le Chef Na’moks, au lieu de suivre les canaux établis de rencontrer les Chefs Héréditaires Wet’suwet’en collectivement.

Mercredi, un représentant des Chefs Héréditaires Wet’suwet’en a rencontré le ministre Fraser, en tant que représentant du Premier Ministre Horgan, afin de répéter notre demande de rencontre de nation à nation avec le Premier Ministre Horgan. Le Ministre des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation (MIRR) n’est pas un partenaire approprié pour une discussion de nation à nation, donc notre demande n’a pas encore été honorée.

Le MIRR est officiellement chargé de travailler avec les Premières Nations pour adopter et appliquer la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones, et pour adopter la Décision Tsilqhot’in de la Cour Suprême, qui concerne les territoires relevant du titre Aborigène. Au lieu de cela, le MIRR a sapé les droits et le titre des Wet’suwet’en et contribué à la division de la communauté Wet’suwet’en.

En 2016, le MIRR a financé la création d’un groupe dissident, formé explicitement pour signer des accords sur les bénéfices avec le projet Coastal Gaslink au nom des Wet’suwet’en. Les actes du MIRR ont sapé l’autorité des Chefs Héréditaires Wet’suwet’en et créé la confusion sur quels chefs héréditaires pouvaient prendre des décisions concernant le territoire en question.

Les Wet’suwet’en ont une longue histoire de pratique du principe de Consentement Libre, Préalable et Informé, qui fait partie de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones, ainsi que de Anuc’nu’at’en (la loi Wet’suwet’en). Les Chefs Héréditaires, au nom du titre collectif des Wet’suwet’en, étaient partie civile dans l’affaire faisant jurisprudence Delgamuukw-Gisday’wa, où il a été conclu que les droits et le titre n’avaient jamais été abrogés sur 22 000 km² de territoire Wet’suwet’en non-cédé.

Nous soulignons la nécessité urgente d’un dialogue dans le respect avec les Chefs Héréditaires. Seuls les Wet’suwet’en et les Chefs Héréditaires ont autorité pour prendre des décisions sur ce qui se passe sur nos terres.

Liste des actions de solidarité en cours:

BAY AREA
BELLINGHAM
CALGARY
COURTENAY
EDMONTON
ECUADOR
GODERICH
HALIFAX
KAMOURASKA
KINGSTON
LONDON
NANAIMO
NELSON
OTTAWA
MONTREAL
RIMOUSKI
SEATTLE
TOFINO
THUNDER BAY
TORONTO
VANCOUVER
VICTORIA
YELLOWKNIFE

 

Comments are closed.