L’Interdiction de Livres Annonce une Révolution à Tucson

PARMI LES LIVRES INTERDITS FIGURENT CEUX DE LESLIE MARMON SILKO, BUFFY SAINTE MARIE ET WINONA LADUKE

Par Brenda Norrell, Censored News

Original Article in English

Traduction Christine Prat

Samedi 14 janvier 2012

 

Cet article a été mis à jour dimanche avec la liste des livres interdits et la réaction de l’auteur et professeur Roberto Rodriquez, l’un des auteurs censurés.

 

TUCSON, Arizona – « Scandalisés ! » a été la réaction samedi à l’annonce que les écoles de Tucson avaient interdit des livres, parmi lesquels l’ouvrage collectif « Rethinking Columbus », qui comprend un essai de l’auteur Pueblo résident de Tucson, lauréat de prix littéraires Leslie Marmon Silko, des œuvres de Buffy Sainte Marie, de Winona LaDuke, Leonard Peltier et Rigoberta Menchu (Prix Nobel de la Paix – NdT).

La décision d’interdire des livres découle du vote de 4 contre 1, mardi dernier au Conseil de Direction du District Scolaire Unifié de Tucson (TUSD), choisissant de se soumettre à l’état d’Arizona, et d’interdire le programme d’Etudes Mexicano-Américaines, plutôt que de combattre la décision de l’état.

Des élèves ont dit que des livres ont été saisis dans leurs classes et même arrachés de leurs mains, y compris un livre de photos du Mexique. Des élèves en larmes ont dit que çà rappelait l’Allemagne Nazie et qu’ils ne pouvaient plus dormir depuis.

L’un des livres interdits, « Rethinking Columbus, » contient des articles écrits par de nombreux Amérindiens, suivant les informations de Debbie Reese de Nambe Pueblo. Textes publiés dans le livre :

Suzan Shown Harjo’s “We Have No Reason to Celebrate”
Buffy Sainte-Marie’s “My Country, ‘Tis of Thy People You’re Dying”
Joseph Bruchac’s “A Friend of the Indians”
Cornel Pewewardy’s “A Barbie-Doll Pocahontas”
N. Scott Momaday’s “The Delight Song of Tsoai-Talee”
Michael Dorris’s “Why I’m Not Thankful for Thanksgiving”
Leslie Marmon’s “Ceremony”
Wendy Rose’s “Three Thousand Dollar Death Song”
Winona LaDuke’s “To the Women of the World: Our Future, Our Responsibility”

La liste des ouvrages maintenant interdits dans le programme d’études Mexicano-Américaines des écoles de Tucson comprend au moins deux livres de l’écrivain Amérindien Sherman Alexie et un recueil de poésies de la poétesse O’odham Ofelia Zepeda.

Jeff Biggers écrit dans Salon :

La liste des livres supprimés inclut l’ouvrage vieux de 20 ans « Rethinking Columbus : The Next 500 Years », qui contient un essai par l’écrivain de Tucson Leslie Silko. Lauréat du prix du Cercle des Ecrivains Autochtones d’Amérique pour les prestations d’une vie entière et d’une bourse de la  Fondation MacArthur pour les génies, Silko a beaucoup soutenu le programme d’études ethniques.

Bigger indique que la pièce de Shakespeare « La Tempête » a aussi été interdite lors de la réunion de cette semaine. Des Administrateurs ont dit aux enseignants du programme d’études Mexicano-Américaines d’éviter tous les éléments d’enseignements dans lesquels « la race, l’ethnicité et l’oppression constituaient des thèmes centraux. »

Parmi les autres livres censurés, on trouve « Pedagogy of the Oppressed » par le célèbre pédagogue Brésilien Paolo Freire et « Occupied America : A History of Chicanos » par Rodolfo Acuña, deux ouvrages particulièrement visés par le superintendant de l’instruction publique John Huppenthal, qui a fait campagne en 2010 sur le thème d’arrêter « la raza ». Huppenthal, qui autrefois a expliqué aux enseignants du public qu’il fondait ses propres principes éducatifs pour les enfants sur les directives de management d’entreprises du Fortune 500, a comparé l’automne dernier les études Mexicano-Américaines à l’endoctrination des Jeunesses Hitlériennes.
http://www.salon.com/2012/01/13/whos_afraid_of_the_tempest/singleton/

Bill Bigelow, co-auteur de “Rethinking Columbus”, écrit:

Imaginez notre surprise.
L’association Repenser les Ecoles (Rethinking Schools) a appris aujourd’hui que pour la première fois depuis ses plus de 20 and d’existence, son ouvrage « Rethinking Columbus » a été interdit dans un district scolaire : Tucson, Arizona…

Comme je l’ai dit à Biggers quand nous nous sommes rencontrés, la dernière fois qu’un de mes livres a été interdit, c’était pendant l’Etat d’Urgence dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid en 1986 : le régime a interdit l’ouvrage que j’avais écrit, « Etrangers dans Leur Propre Pays » (Strangers in Their Own Country), probablement parce que j’y avais mis des extraits d’un discours de Nelson Mandela, alors emprisonné. Confronté à une opposition massive à l’intérieur comme à l’étranger, le gouvernement Blanc minoritaire craignait pour sa survie, en 1986. Il serait intéressant de se demander ce que les autorités de l’éducation en Arizona craignent aujourd’hui.
http://rethinkingschoolsblog.wordpress.com/2012/01/13/rethinking-columbus-banned-in-tucson

Roberto Rodriguez, professeur à l’Université d’Arizona, fait aussi partie des grands auteurs Chicano et Latino cités dans la liste à bannir des Etudes Mexicano-Américaines. L’éditorial de Rodriguez sur la décision de cette semaine et publié par Censored News, est intitulé : « Les officiels de l’enseignement de Tucson pris en train de d’uriner sur les étudiants Mexicains ». http://drcintli.blogspot.com/

Rodriguez a réagit dimanche sur Censored News à propos de l’interdiction de ses livres dans les écoles de Tucson.

« Les attaques en Arizona sont ahurissantes. Interdire une discipline dans l’enseignement est une mesure draconienne en soi. Mais en plus, une liste de livres interdits accompagne la mesure. Je crois que deux de mes livres figurent sur la liste, « Justice : Une Question de Race » et « The X in La Raza ». Deux autres pourraient aussi y figurer ».

« C’est choquant en soi, mais il ne faut pas oublier le contexte. Ce n’est pas seulement l’interdiction de certains livres ; d’après Tom Horn, l’ancien superintendant des écoles de l’état qui a préparé la loi HB 2281, cela fait partie d’une guerre de civilisations. Il a établi que les Etudes Mexicano-Américaines n’étaient pas fondées sur un savoir Gréco-Romain, et étaient donc exclus de la Civilisation Occidentale.

« En un sens, il a raison. Le fondement théorique des études Mexicano-Américaines est une philosophie « du maïs » millénaire et Autochtone sur ce continent. Ce qui vient d’arriver est proche d’un Autodafé – proche de ce qui s’est passé en 1562 à Mani, Yucatan, quand les livres Maya ont été brûlés. Au District Scolaire Unifié de Tucson (TUSD), la liste des livres interdit sera peut-être de 50 au total, y compris des œuvres d’art et des posters.

« Pour nous à Tucson, ce n’est pas fini. Au minimum, l’interdiction de livres révèlera précisément au reste du monde ce qu’est la mentalité agissant ici ; dans l’ère précédente, çà aurait été qualifié de reduccion (génocide culturel) de tout ce qui est Autochtone. Dans l’ère présente, çà peut aussi être vu comme reduccion ».

La liste inclut des auteurs Chicano et Latino mondialement célèbres et des auteurs Amérindiens. On y trouve des livres de Corky Gonzales, « The House on Mango Street » de Sandra Cisneros, « Black Mesa Poems » de Jimmy Santiago Baca et « The Devil’s Highway » de L.A. Urreas. Et des auteurs comme Henry David Thoreau et le livre populaire « Like Water for Chocolate ».

La liste comporte également des livres du célèbre auteur Amérindien Sherman Alexie, « Ten Little Indians », « The Lone Ranger » et « Tonto Fist Fight in Heaven ». Le recueil « Ocean Power, Poems from the Desert » de la poétesse et professeur Ofelia Zepeda est aussi sur la liste.

DA Morales écrit dans Three Sonorans, sur Tucson Citizen, sur le rôle du chef des Ecoles Publiques John Huppenthal. « Big Brother Huppenthal a prononcé ses vœux au TEA Party et juré de reprendre l’Arizona… de la reprendre il y a quelques siècles, avec une censure officielle de livres, y compris Shakespeare ! »
http://tucsoncitizen.com/three-sonorans/2012/01/13/did-you-know-even-shakespeare-got-banned-from-tusd-with-mas-ruling/

 

LISTE DES OUVRAGES INTERDITS : voir article précédent :

http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=575

 

2 Responses to GUERRE CULTURELLE ET INTERDICTIONS DE LIVRES DANS L’ENSEIGNEMENT EN ARIZONA

  1. Bombay Magic says:

    Je trouve ça complètement dingue ….
    Mes enfants vont dans une école américaine …. ça m’a toujours eu l’air normal (mis à part le politiquement correct très prononcé), mais là …..

    • Chris P says:

      Les états ont beaucoup de prérogatives, les lois peuvent être très différentes d’un état à l’autre. Ici, il s’agit seulement de l’Arizona (enfin j’espère!)