Les Pics San Francisco sont de hauts sommets situés au nord de l’Arizona, près de la ville de Flagstaff. Ces montagnes sont sacrées depuis des temps immémoriaux pour plus de treize tribus indigènes* de la région. Cependant, dès les années 1930 des Blancs sont allés y faire du ski et les responsables de la Forêt Nationale de Coconino ont fait construire un chalet à l’endroit où se trouve actuellement la Station de ski Snowbowl . La situation s’est envenimée après 1969, quand il a été proposé de construire une véritable station de ski avec commerces, remonte-pentes, etc. Après dix ans de débats, de procédures juridiques, et d’intervention du gouvernement, l’autorisation a été accordée en 1979 par le Service des Forêts et les travaux effectués au début des années 80. En 1997, les propriétaires de la station ont proposé de l’étendre. Puis, afin de la rentabiliser et donc de pallier au manque de neige dans cette région désertique, ils ont proposé de faire de la neige artificielle à partir d’eaux usées. Pour les Indigènes, c’est une profanation. De plus, les pentes des Pics abritent une flore alpine rare, menacée de disparition. Les Hommes-Médecine y cueillent des plantes médicinales. Le Service des Forêts n’a jamais fourni le rapport sur l’impact environnemental exigé par la loi, il n’est donc pas exclu que la neige artificielle soit dangereuse pour la santé des touristes et des enfants qui jouent dans la neige.

En 2005 la Forêt Nationale de Coconino a pourtant approuvé la fabrication de neige artificielle. Plusieurs tribus et des groupes écologistes ont déposé une plainte, arguant que l’utilisation d’eaux usées recyclées violait leur liberté religieuse. Ils ont perdu mais sont allés en appel. L’année suivante, un jury de trois juges a jugé en leur faveur. Mais en octobre 2007, la Cour d’Appel du 9ème Circuit a accordé au Ministère de la Justice et à la firme Snowbowl le droit de faire appel devant la Cour en session plénière. En 2008 la station de ski et ses partisans ont gagné en appel, la Cour revenant sur la décision concernant les questions religieuses et culturelles. Cependant, la question restait ouverte pour ce qui est des éventuels dangers représentés par l’ingestion accidentelle de neige artificielle. En janvier 2009, les tribus se sont adressées à la Cour Suprême des Etats-Unis, qui, en juin de cette même année, a fait savoir qu’elle « n’entendrait pas » cette affaire.

La question de l’impact environnemental étant toujours ouverte, en 2010 la Coalition ‘Save the Peaks’ et 9 citoyens se sentant concernés – qui n’étaient pas parties dans l’affaire précédente – ont déposé une autre plainte.

Cependant, en mai 2011, les travaux de destruction ont commencé – et continuent – sans attendre que la Cour se soit prononcée sur le dernier appel de la Coalition Sauvez les Pics.

Malheureusement, en février 2012, la Cour s’est prononcée contre la Coalition Sauvez Les Pics, qui a épuisé tous les recours possibles. Il a été interdit à la Coalition “Save The Peaks” de jamais mener d’autres actions, leur avocat a été menacé de poursuites et de radiation, l’affaire ayant été définitivement jugée. Même le site internet Save the Peaks a dû être supprimé. Des personnes n’appartenant pas à la Coalition ont ouvert le site “Protect the Peaks”.

D’autre part, des activistes non membres de la Coalition, qui avaient entrepris des actions directes pendant l’été 2011 pour tenter d’arrêter les travaux de destruction, ont été arrêtés et poursuivis. La plupart ont accepté d’effectuer des travaux d’intérêt général sans passer par le tribunal, vu qu’ils n’avaient pas les moyens de faire face aux frais de justice. D’autres ont été condamnés à des amendes et une période de probation. Klee Benally a été condamné à un travail d’intérêt général et à payer 99,94 dollars de ‘dommages’ à la firme Snowbowl. D’autres actions sont en cours ou envisagées. En décembre 2012, de nouvelles poursuites contre Klee Benally et d’autres activistes prouvent que les instances concernées veulent faire taire toute contestation.

Une plainte déposée par la Tribu Hopi – en dernier recours – a été rejetée par une cour d’Arizona le 29 novembre 2018. Outre les violations de la liberté religieuse des autochtones, la plainte mettait en avant l’impact possible sur un environnement fragile hébergeant des espèces et des plantes rares.

La firme Arizona Snowbowl à qui appartient la station de ski, n’est pas propriétaire du terrain : il se trouve dans une Forêt Nationale, gérée par le Service des Forêts qui a octroyé un Permis d’Utilisation Spécial à la compagnie. La municipalité de Flagstaff se propose de vendre ses eaux usées à la station. C’est pourquoi ces instances – et le Ministère de l’Agriculture dont dépend le Service des Forêts – sont directement responsables dans cette affaire. Le Service de Forêts pourrait parfaitement révoquer le permis d’utilisation spéciale, en invoquant un intérêt publique supérieur.

 

* Navajo, Hopi, Zuni, Tewa, Hualapai, Havasupai, Yavapai-Apache, Yavapai-Prescott, Tonto Apache, White Mountain Apache, San Carlos Apache, San Juan Southern Paiute, Fort McDowell Mohave Apache, et Acoma.

—————————————————————————————————

POUR ENVOYER DES DONS ET AIDE FINANCIERE: (nécessaire pour couvrir les frais juridiques)
www.indigenousaction.org

INFOS:
www.indigenousaction.org
www.protectthepeaks.org

 

 

12 Responses to SAVE THE PICS / SAUVEZ LES PICS Infos

  1. […] Vendredi 28 novembre 2014, plus de 50 personnes se sont rassemblées et ont défilé, tandis que la station de ski Arizona Snowbowl ouvrait la saison avec de la neige faite à 100% d’eaux usées recyclées, sur les San Francisco […]

  2. […] la santé publique, et de profanation et d’attaques contre le mode de vie des Autochtones, la station de ski Arizona Snowbowl a ouvert la saison ce vendredi, avec de la neige artificielle faite de millions de litres […]

  3. […] pour la vente de millions de litres d’eaux usées à la station de ski Arizona Snowbowl, dans la profanation des San Francisco Peaks sacrés, un groupe de gens a mis un point final à l’affaire. Le groupe a demandé: […]

  4. […] terres ‘publiques’. Au moment où j’écris, les promoteurs de la zone skiable déchirent les San Francisco Peaks, une montagne du Nord de l’Arizona « gérée » par le gouvernement Fédéral et considérée […]

  5. […] affectent les relations de pouvoir jusqu’à nos jours. La Ville de Flagstaff, qui a approuvé la profanation des Pics San Francisco (sacrés pour plus de 13 Nations Autochtones), fait arrêter en moyenne plus de 3000 Autochtones par […]

  6. […] tournée d’information portera sur les luttes actuelles pour protéger les Pics San Francisco en Arizona ( http://www.protectthepeaks.org ), la déportation et la résistance à la colonisation énergétique sur […]

  7. […] Bref résumé de l’histoire de la station de ski et de nombreux articles sur la lutte pour les San Francisco […]

  8. […] tous les articles précédents sur la lutte pour les San Francisco Peaks Voir résumé de l’histoire de la station de ski et de la lutte pour les […]

  9. […] To take action/Pour passer à l’action Share this:ShareTwitterDigg"Aimer" ceci :"J'aime"Soyez le premier à aimer ce post. […]

  10. […] et courriels de soutien ou de protestation Voir Page SAVE THE PEAKS / SAUVEZ LES PICS   If you enjoyed this article, please consider sharing […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *