LE MUR DE TRUMP A LA FRONTIERE US/MEXIQUE SIGNIFIE LA MORT DES ESPECES MENACEES ET DES SITES SACRES

Photos ©Ofelia Rivas, Tohono O’odham
Article de Brenda Norrell
©Censored News
31 août 2019
Traduction Christine Prat

AJO, Arizona – Tandis que les bulldozers de Trump détruisent le Désert encore vierge du Sonora, à proximité du site classé du Cactus “Tuyau d’Orgue” [Organ Pipe Cactus National Monument], les Tohono O’odham et des habitants d’Arizona manifestent contre ces destructions inhumaines.

Ofelia Rivas, Tohono O’odham qui vit à la frontière, a déclaré à Censored News “C’est un beau jour dans le pays O’odham, un groupe de gens unis est venu pour être le porte-parole des terres et de la nature contre la politique génocidaire d’un système de gouvernement inhumain, qui attaque toute forme de vie.”

“La Société de ces terres volées devrait condamner en justice les crimes inhumains de cet infâme individu.”

“Le groupe continuera à être une voix pour l’honneur des abeilles, des animaux sacrés menacés, des plantes, et de tout le territoire et des gens qui l’habitent” dit Ofelia Rivas.

Toutes les lois sur les espèces menacées et toutes les lois qui protègent les sites sacrés des Autochtones ont été pulvérisées. La construction du mur de frontière utilise déjà une quantité énorme d’eau du désert pour faire du béton.

Ces défenseurs du territoire protestent aussi contre les tours d’espionnage Israéliennes qui visent maintenant la Nation Tohono O’odham. L’entreprise Israélienne Elbit Systems projette de construire d’autres tours d’espionnage et de détruire des sites funéraires sacrés et des lieux de cérémonie de la Nation Tohono O’odham. Le gouvernement tribal a approuvé ces tours en mars dernier, mais le District de Gu-Vo continue de s’opposer à ce qui constitue une oppression et des destructions. Elbit se charge déjà de la sécurité de l’Apartheid en Palestine.

Ofelia Rivas est la fondatrice de “Voix O’odham contre le Mur” [O’odham Voice Against the Wall], et a passé sa vie à combattre les méfaits de la Patrouille des Frontières des Etats-Unis. Ofelia vit à la frontière, dans la Nation Tohono O’odham et est porte-parole des droits humains.

Vous pouvez faire des dons à Ofelia sur son site, pour payer l’essence nécessaire à son action, sur:

http://tiamatpublications.com/

Les photos ©Ofelia Rivas, Tohono O’odham,
pour Censored News,
ne peuvent être utilisées sans autorisation.

 

LES FEMMES AUTOCHTONES REVENUES DE JAMAIQUE HARCELEES PAR LA SECURITE US À LEUR RETOUR

Par Brenda Norrell
Censored News
12 mai 2019
Traduction Christine Prat

Interview d’Ofelia Rivas par Govinda Dalton, en anglais et O’odham, pas de sous-titres

TUCSON, Arizona – La militarisation de Standing Rock ne diffère pas de celle qui règne à la frontière sud, sur le territoire de la Nation Tohono O’odham.

“Ils veulent essayer de nous traiter comme si nous n’étions pas des êtres humains”, dit Ofelia Rivas, Tohono O’odham, dimanche après-midi [12 mai 2019].

Ofelia, qui rentrait d’une audience de la Commission Interaméricaine sur les Droits de l’Homme en Jamaïque, a raconté comment elle avait été harcelée et victime de profilage en rentrant aux Etats-Unis.

Après l’audience en Jamaïque, vendredi, Ofelia a été repérée et retardée pendant deux jours, après que l’indication “SSSS” ait été imprimée sur ses cartes d’embarquement. Ayant subi des fouilles constantes, des retards et du harcèlement à Miami et à Dallas, Ofelia dit que c’était la même méthode de profilage, de ciblage et de traitement inadmissible à laquelle elle-même et d’autres O’odham sont soumis quotidiennement à la frontière US/Mexique, dans leur propre territoire.

Cet acharnement à fait, qu’elle et d’autres femmes Autochtones ayant témoigné en Jamaïque, ont manqué leur vol.

Le voyage de Miami en Arizona, qui ne devrait prendre que quelques heures en avion, a duré deux jours.

Le billet d’avion d’Ofelia avait été marqué “SSSS”, une tactique du gouvernement américain en train de devenir courante pour les militants des droits de l’homme Autochtones.

Après Tucson, Ofelia doit encore traverser plusieurs points de contrôle. Ça entraîne souvent des retards supplémentaires, surtout pour Ofelia Rivas et d’autres qui parlent O’odham. Ils sont souvent retenus pour une vérification supplémentaire par les agents de la Patrouille des Frontières U.S.

Dans une interview de Govinda Dalton, de Earthcycles, dimanche après-midi, Ofelia Rivas a parlé de 500 ans de pratiques génocidaires, qui continuent jusqu’à aujourd’hui. Ofelia dit que la Patrouille des Frontière, qui relève de la Sécurité Intérieure, essayait d’opprimer les gens.

A l’audience sur les Droits de l’Homme, en Jamaïque, Ofelia Rivas dit que son intention était de décrire la militarisation et la tentative de déshumaniser les gens, menée par le gouvernement des Etats-Unis.

Ofelia Rivas faisait partie d’une délégation de femmes Autochtones qui témoignaient sur la criminalisation des Autochtones.

Jeudi, Michelle Cook, Diné, Leoyla Cowboy, Diné, et Casey Camp Horinek, Ponca, ont témoigné en Jamaïque. Elles ont parlé des violations commises par la police à Standing Rock, et de tous ceux qui maintenant souffrent encore parce qu’ils protègent l’eau.

“Ce que j’ai souligné là-bas, c’était l’état d’esprit du gouvernement des Etats-Unis,” dit Ofelia Rivas, parlant du racisme contre les gens de couleur aux Etats-Unis. “Nous sommes sous surveillance en permanence.”

“Cette politique inhumaine signifie que nous ne sommes pas traités comme égaux en tant qu’êtres humains.”

Ofelia Rivas dit que “des militaires lourdement armés interrogent nos Anciens”, qui ne parlent ni Anglais ni Espagnol. Ils parlent O’odham.

Les nouvelles tours de surveillance ont été approuvées par la Nation Tohono O’odham [id. conseil tribal], dit Ofelia.

La compagnie, Elbit Systems, d’Israël, est la même compagnie qui opprime le peuple de Palestine.

Ofelia Rivas dit que le ciblage et les retards pour rentrer chez soi étaient le type de harcèlement que les Palestiniens et les Autochtones subissent partout dans le monde.

“J’ai dû subir ça pendant deux jours, pour essayer de rentrer chez moi, et je n’y suis pas encore.”

“Nous avons survécu depuis 500 ans à ce type d’attaques contre nos vies.”

“Nous survivrons à ces attaques-ci aussi.”

“J’ai l’impression que ce qui s’est passé à Standing Rock a ouvert les yeux du monde sur la politique génocidaire des Etats-Unis, dans le pays qu’ils appellent le plus grand pays du monde.”

“Seulement, ça ne s’applique pas à certaines personnes, et certainement pas à moi.”

Cette attitude flagrante des Etats-Unis à l’égard des Droits des Peuples Autochtones était évidente à l’audience, où les Etats-Unis ont manqué de respect envers les membres de la Commission.

Ofelia Rivas souligna que pendant l’audience, la délégation de l’Ambassade des Etats-Unis et du Département d’Etat [Affaires Etrangères], avait dit à la Commission qu’elle était “incompétente” et que les Etats-Unis n’avaient pas à se soumettre à ces lois – des lois qui gouvernent le monde, dit Ofelia Rivas.

“J’espère pouvoir parler au nom de tous les animaux et plantes, et des gens qui ne peuvent pas se faire entendre.”

Ofelia Rivas dit que les grandes compagnies remplissaient certaines poches et impactaient tous les aspects de notre vie.

Quand la Nation Tohono O’odham a approuvé les tours de surveillance, (connues comme tours d’espionnage), ils n’ont pas pensé aux conséquences pour le monde naturel, dit-elle.

Ils n’ont pas pensé aux abeilles, qui pollinisent les plantes, ni aux générations futures, dit-elle.

Malgré les tentatives des Etats-Unis de convaincre les gens que des terroristes pourraient entrer par la frontière sud, Ofelia dit que des enquêtes ont prouvé le contraire. “Nous ne croyons pas en ces foutaises.”

A l’audience en Jamaïque, le Mexique a parlé des femmes et des enfants Autochtones disparus. Elle dit que ça arrive aux femmes et enfants Autochtones partout dans le monde. (Dans l’interview de Govinda Dalton, elle parle des femmes disparues ou assassinées aux Etats-Unis et au Canada).


Photo MuckRock

 

Note: MuckRock est, d’après Wikipedia, une association fondée par deux diplômés de Cornell University, pour défendre la Loi sur la Liberté d’Information.

 

DES PROMOTEURS D’APARTHEID REDUISENT LES CRITIQUES AU SILENCE, INSTALLENT DES TOURS DE SURVEILLANCE ET SONT OBSEDES PAR LA PRESENCE D’UN DRAPEAU PALESTINIEN A STANDING ROCK

Par Brenda Norrell
Censored News
20 juillet 2017
Traduction Christine Prat

 

Quarante-trois Sénateurs des Etats-Unis veulent faire un crime du boycott d’Israël et du soutien à la Palestine. Pendant ce temps, le site MuckRock révèle que les mercenaires non-autorisés de TigerSwan ont harcelé des Palestiniens dans les camps de Standing Rock. Les firmes de relations publiques engagées par Dakota Access Pipeline – et leur réseau de médias – étaient particulièrement obsédées par un drapeau Palestinien vu à Standing Rock.

Ceci arrive alors que l’entrepreneur Israélien pro-Apartheid Elbit Systems s’apprête à construire des tours de surveillance dans une zone du territoire de la Nation Tohono O’odham où se trouvent des sites funéraires O’odham.

 

Un entrepreneur Israélien s’apprête à construire des tours de surveillance sur des cimetières O’odham

Les Etats-Unis ont déjà attribué le contrat pour construire des tours d’espionnage en territoire Tohono O’odham à Elbit Systems, un entrepreneur sous contrat avec le gouvernement Israélien qui pratique l’Apartheid quotidiennement sur les frontières Palestiniennes et dans le ciel avec des drones.

Jusqu’à maintenant, le Conseil Législatif Tohono O’odham élu n’a pas soutenu le District de Gu Vo [le district de Gu Vo est une subdivision administrative de la Réserve Tohono O’odham, à la frontière Arizona/Mexique]. Gu Vo avait exigé que les Etats-Unis et Israël mettent un terme aux projets actuels de construire ces tours de surveillance en territoire Tohono O’odham, là où il y a des sites funéraires. Gu Vo a rédigé une résolution pour objecter, elle a été ignorée.

A Standing Rock, le soutien des Palestiniens était surveillé par TigerSwan, les mercenaires embauchés par Dakota Access Pipeline. Ces mercenaires extrêmement bien payés, ont été embauchés pour espionner, infiltrer et finalement, organiser une force de police militarisée contre des personnes âgées, des femmes et des enfants sans armes. TigerSwan n’avait pas la licence pour travailler dans le Dakota du Nord. Auparavant, des plaintes avaient été déposées contre le propriétaire de TigerSwan, pour violence familiale. TigerSwan, sans licence, dirigeait la sécurité de DAPL à Standing Rock, supervisant de nombreux contractuels de firmes de sécurité privées, et, à la fin, des forces de police lourdement armées, entre autres avec des véhicules militaires.

Dakota Access Pipeline s’appuyait sur les mercenaires de TigerSwan, et des firmes de relations publiques, pour faire son sale travail à Standing Rock

Le site de MuckRock relate aujourd’hui [20 juillet 2017] comment les camps des Protecteurs de l’Eau de Standing Rock étaient surveillés, et plus particulièrement, le drapeau Palestinien dans l’un des camps.

“La plaie des Relations Publiques qui travaillaient pour les guerres de Bush, ont travaillé pour discréditer le mouvement #NoDAPL comme ‘agitateurs venus de l’extérieur de l’état’, avec des liens avec la Palestine et Soros” écrivait MuckRock.

“Des emails montrent que les firmes Delve et Off the Record Strategies, apparemment contractées par l’Association Nationale des Sheriffs (NSA), ont travaillé en secret sur les points de discussion, l’influence des médias et la formation aux communications pour les forces de l’ordre s’occupant des opposants au Dakota Access mobilisés dans la Réserve Sioux de Standing Rock, à Cannon Ball, dans le Dakota du Nord” selon les reportages de MuckRock.

“Comme il a été rapporté par le Blog DeSmog, la firme DCI Group, liée au Parti Républicain [GOP], a dirigé les relations publiques de façade pour Dakota Access, via un groupe servant de devanture appelé Midwest Alliance for Infrastructure Now (MAIN). Aujourd’hui, MAIN s’est transformé en une activité nationale connue sous le nom Grow America’s Infrastructure Now (GAIN).”

Voir l’article de MuckRock.

 

 

 

Ci-dessous un article de Brenda Norrell sur la visite de Dalit Baum, militante Israélienne qui prône des sanctions économiques contre les entreprises impliquées dans l’occupation. Il se trouve que certaines sont également impliquées dans la construction du Mur à la frontière entre les USA et le Mexique.
Les Etats-Unis construisent un Mur sur la frontière avec le Mexique, officiellement pour empêcher l’immigration illégale. Ce mur traverse les territoires de populations autochtones, tout comme le mur en Palestine. Trente villages ont été évacués pour le construire. Les villageois sont séparés de leurs terres et de leurs familles tout comme en Palestine. Ceux qui se retrouvent du côté mexicain doivent obtenir un visa – qui coûte 100 dollars, somme prohibitive pour des indigènes mexicains – pour aller voir leur famille de l’autre côté du mur.
SURTOUT: la firme israélienne Elbit Systems – sous-contractée par Boeing – participe à la construction du mur et fournit les tours de surveillance, comme elle le fait pour le mur en Palestine, la firme G4S – aussi présente en Palestine – s’occupe des bus et du transport des immigrants refoulés, dans des conditions inacceptables, et VEOLIA a un contrat avec les autorités de la région de Tucson.
Il faut savoir que la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est parfaitement arbitraire, ne tient aucun compte des populations autochtones et traverse des villages et des familles, tout comme le mur Israélien. De plus, les états frontaliers – Californie, Arizona, Nouveau-Mexique, Texas – ont été mexicains pendant près de trois siècles et conquis militairement par les Etats-Unis en 1846. La grande majorité de la population est restée mexicaine (indiens, métis, latinos) jusqu’à un passé récent. Depuis le début des années 1950, des anglophones du nord-ouest des Etats-Unis y déménagent en masse à cause du climat. Ils se comportent en colonisateurs. Il y a beaucoup de racisme et de discrimination. L’an dernier, les autorités de Tucson ont interdit dans l’enseignement les études “ethniques” – sous couvert de lutte contre le ‘communautarisme’ – et ont interdit de nombreux livres, des saisies ont eu lieu dans les classes, au milieu d’étudiants fortement traumatisés. (Parmi les auteurs dont les livres ont été interdits et saisis: Isabel Allende – dont les livres sont vendus dans le monde entier – et Buffy Sainte-Marie – connue comme star des Etats-Unis, mais Indienne).
Evidemment, j’ai quelques réserves quant à l’affirmation de Dalit Baum selon laquelle les entreprises concernées seraient de ‘bonnes entreprises’ contre lesquelles il n’y aurait rien à dire si elles se retiraient de ces projets qui violent les lois internationales de manière aussi flagrante.

 

FRONTIERES SOUS OCCUPATION : EN PALESTINE ET EN TERRITOIRE TOHONO O’ODHAM, LES MILITANTS DES DROITS DE L’HOMME PEUVENT AMENER LE CHANGEMENT

« La Nation Tohono O’odham est actuellement occupée par une armée étrangère appelée Patrouille des Frontières des Etats-Unis » Mike Wilson, Tohono O’odham

 

Par Brenda Norrell
Copyright Censored News
See original article in English
Traduction Christine Prat

 

Vendredi 16 novembre 2012

TUCSON, Arizona – Une Israélienne s’exprimant en faveur des droits des Palestiniens a rendu visite à la zone frontière sur le territoire Tohono O’odham et à partagé ses vues sur les similarités entre la façon dont Israël traite la Palestine et celle dont les colonisateurs US traitent les Indiens d’Amérique.

Le Docteur Dalit Baum, Israélienne et militante pour la Palestine sur le plan économique, s’est adressée à des étudiants de l’Université d’Arizona et à des militants actifs dans les communautés locale vendredi, au cours d’une discussion sur l’activisme économique comme outil de changement.

« C’est horrifiant de voir toujours la même vague de violence monter, descendre puis revenir » dit elle.

Mme Baum s’est exprimée le même jour où des manifestants étaient descendus dans les rues de Tucson pour exiger la fin de la violence mortelle d’Israël et des bombardements de Gaza, qui se sont poursuivis toute la journée et dans la nuit.
Mme Baum a dit que la principale raison de protester contre les tueries était de mettre les gens en contact et de leur rappeler qu’ils ne sont pas seuls. C’est une façon de traduire le chagrin et la frustration en action et de renouveler l’espoir.
Dalit Baum s’est rendue en territoire Tohono O’odham et sur la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique avec le militant des droits de l’homme Tohono O’odham Mike Wilson, qui place des réservoirs d’eau dans la région frontalière pour les immigrants illégaux, comme aide humanitaire.
A propos de l’histoire des Indiens d’Amérique sur ce continent, D. Baum dit « Je réfléchissais aux similarités et aux différences entre ce qui s’est passé ici et ce qui s’est passé en Palestine ».
Alors que les Autochtones aux Etats-Unis ont été la cible de nettoyage ethnique et de génocide depuis des siècles, ce qui se passe en Israël et en Palestine est de l’histoire relativement récente qui a connu une escalade dans les dix dernières années.
Malheureusement, la manière dont les Indiens d’Amérique ont été traités a servi d’excuse à Israël en ce qui concerne l’occupation, l’apartheid et le nettoyage ethnique.
D. Baum dit que beaucoup d’Israéliens disent que les Etats-Unis ont fait la même chose à leurs Peuples Autochtones et que par conséquent Israël devrait avoir les mêmes droits.
Elle dit aussi que l’histoire coloniale européenne avait résulté dans un sentiment de culpabilité, à cause de l’histoire des Juifs et de l’histoire du Sionisme.
Actuellement, Israël contrôle la totalité d’Israël et de la Palestine et contrôle la Palestine de différentes manières. Par exemple, ce contrôle se traduit par de la violence à Gaza. En Cisjordanie, il y a la confiscation du territoire et des ressources et les violations de la loi internationale.
L’histoire de l’Occupation de la Palestine est relativement récente, comparée à l’histoire des Autochtones d’Amérique, dit-elle.
Aujourd’hui, nous vivons dans une ère de guerre au terrorisme, ce qui est un moteur de croissance économique. Cela produit une incitation économique pour la fourniture de produits tels que les tours d’espionnage et le Mur de frontière ici, en Arizona, sur le territoire Tohono O’odham.
Suite à l’occupation et au nettoyage ethnique, la dispersion des Palestiniens dans le monde signifie aussi une dissipation de la culture Palestinienne.
D. Baum dit qu’il s’agit d’une situation d’apartheid. Les Israéliens contrôlent la région, alors que les Palestiniens n’ont pas de droits sur la terre et la citoyenneté. Même pour ceux qui peuvent voter, l’Autorité Palestinienne ne contrôle qu’une toute petite partie de la Palestine.
Pendant ce temps, l’armée Israélienne fait des raids et peut arrêter n’importe qui.
La situation en Palestine correspond à l’apartheid selon la définition des Nations Unies.
En 1948 il y a eu un nettoyage ethnique et la majorité des Palestiniens ont été déplacés et forcés de vivre dans des camps de réfugiés. A l’époque, 95% des terres étaient leur propriété, maintenant ils ne sont plus propriétaires de leurs propres terres.
Le territoire d’Israël et de la Palestine est très petit comparé aux Etats-Unis et leur économie est de taille modeste. Israël dépend des Etats-Unis.
« Vous avez toujours un sentiment de claustrophobie » dit-elle.
En Europe, Israël est vu comme un poste avancé de l’occident. Israël dépend psychologiquement et économiquement de l’occident.
D. Baum a souligné que le sentiment d’impunité existant actuellement en Israël et l’attitude des gens de simplement se maintenir dans la situation présente, est la plus grande menace à toute possibilité de changement.
« L’action est le meilleur moyen de réagir au chagrin et à la colère ».

 

La solidarité à la base : pour en finir avec l’occupation, et pour le retour des réfugiés

Un mouvement de la base pour la solidarité dans l’action signifie que les gens disent ce qu’ils feront quand ils seront rentrés chez eux. « Nous voulons savoir ce que nous pouvons faire ».
La solidarité à la base est un appel aux gens de conscience. Cela implique des boycotts, des sanctions et un retrait économique, comme par exemple un désinvestissement des fonds de pension.
Le mouvement de base appelle à la fin de l’occupation, à l’application du droit au retour des réfugiés et à l’égalité totale des Palestiniens, y compris ceux qui vivent en Israël.
Le mouvement de base n’a pas de ligne politique, il est fondé sur la loi internationale et les droits de l’homme.
« C’est une chose sur laquelle tout le monde peut être d’accord » dit D. Baum.
Jusqu’à maintenant 170 organisations ont signé l’accord.
Pendant la discussion sur les appels aux boycotts, il a été souligné qu’on ne pouvait pas boycotter les individus. Mais les institutions et les compagnies complaisantes peuvent être boycottées.
A une question sur le boycott d’une troupe de danse Israélienne, il a été répondu qu’elle avait été boycottée parce qu’elle était payée par le Ministère Israélien des Affaires Etrangères pour blanchir l’occupation. La troupe de danse servait d’ambassadeurs culturels d’Israël. Quant une troupe de danse participe à ce genre d’échange, elle devient un bras de l’état pour normaliser l’occupation. Approuver ou promouvoir une telle activité culturelle est de la complicité.
D. Baum a précisé que les militants des droits de l’homme ne boycottaient pas tous les projets artistiques subventionnés par Israël. « Çà arrive seulement quand la subvention implique des obligations ».
Les représentations [boycottées] peuvent aussi servir à informer les gens en dehors du spectacle de la troupe de danse.

Un exemple d’action présenté à l’université est de demander à se désengager de certaines compagnies.
Il y a actuellement un boycott de la firme Veolia, qui privatise les transports en commun dans le monde entier et s’occupe de la décharge de déchets. En Palestine, Veolia amène des déchets et les déverse sur des terres Palestiniennes, ce qui constitue une violation de la loi internationale. Cela se produit à un endroit où un nettoyage ethnique a eu lieu.
Veolia gère aussi des bus soumis à la ségrégation.
Ici, à Tucson, Veolia a un contrat avec la compagnie de transports publiques, Sun Tran.
Parlant des actions contre Veolia, D. Baum dit « C’est le pouvoir de ce mouvement. C’est vraiment mondial ». Du fait de la décharge de déchets en Palestine et de ses bus soumis à la ségrégation, Veolia a perdu des contrats au Royaume-Uni et en Europe en 2006.

 

Boston, Chicago et le Comté de Sonoma en Californie ont pris la tête du boycott

Aujourd’hui aux Etats-Unis, trois régions ont pris la tête du boycott des compagnies qui violent les droits de l’homme, Boston, Chicago et le Comté de Sonoma en Californie l’ont fait en soutien aux Palestiniens.
Dans le Comté de Sonoma, Californie, la Commission des Droits de l’Homme a d’abord déclaré qu’elle ne pouvait rien faire, n’ayant aucun pouvoir en Palestine. Cependant, trois heures plus tard, suite aux objections et interventions de membres de la base, elle a changé ses conclusions.
Les résidents du Comté de Sonoma ont souligné que les bus de Veolia soumis à la ségrégation en Palestine constituaient une violation des droits de l’homme. Un homme a dit qu’il vivait dans le Comté de Sonoma, mais que sa famille vivait en Palestine et que lorsqu’il était là-bas, il avait vu des Palestiniens forcés de descendre du bus ségrégationniste.
Alors les gens du Comté de Sonoma ont dit « il y a un vrai problème et nous sommes complices ».

 

Au sud de l’Arizona, il y a Veolia, G4S, Elbit et Caterpillar

Vu que Veolia fait des affaires ici, à Tucson, des suggestions ont été faites sur ce qui pourrait être fait. D. Baum a remarqué que « les bus sont en endroit magnifique pour des actions ».
Avec les bus, on peut penser à du théâtre de rue, des parodies de bus ségrégationnistes et à informer les passagers.
Mike Wilson, Tohono O’odham, a souligné que la compagnie G4S a un énorme contrat avec la Sécurité Intérieure à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, pour le transport d’immigrants détenus.
Wilson a déclaré que la Sécurité Intérieure avait créé une occupation du territoire Tohono O’odham. « La Nation Tohono O’odham est actuellement occupée par une armée étrangère appelée Patrouille des Frontières des Etats-Unis ».
Wilson dit que la Patrouille des Frontières US a un pouvoir dominant sur la Nation Tohono O’odham et le Service de Police Tohono O’odham.
Wilson est directeur de la politique du Réseau d’Action à la Frontière. Depuis des années, Wilson met des réservoirs et des cruches d’eau dans la région frontalière [le désert de Sonora] pour les immigrants, en dépit des objections du gouvernement Tohono O’odham. C’est dans cette région du Désert de Sonora que de nombreux immigrants meurent chaque année de chaleur et de déshydratation.
Lors de sa visite à la frontière, en territoire O’odham, D. Baum a remarqué le matériel Caterpillar (Caterpillar a été la cible de protestations depuis que Rachel Corrie a été renversée et tuée par un bulldozer Caterpillar en Palestine).
Des militants de Tucson ont souligné que les bus de G4S, un moment appelés Wackenhut, infligent des traitements inhumains aux immigrants expulsés, les forçant à attendre au soleil ou dans des bus surchauffés pendant des heures. Beaucoup sont déjà déshydratés et agonisants quand ils sont conduits aux bus à la frontière.
Une autre compagnie employée pour travailler à la frontière Etats-Unis/Mexique est la compagnie d’armements Israélienne Elbit Systems, qui fournit aussi des systèmes de sécurité pour le Mur en Palestine. Elbit a un contrat de sous-traitance avec Boeing pour la construction du Mur à la frontière US/Mexique et pour des tours de surveillance.

D. Baum a dit à propos des compagnies qui violent les droits des Palestiniens « Nous demandons à ces compagnies d’arrêter, parce que nous pensons que çà en fera de meilleures compagnies ».
Pendant la discussion, il a été souligné que les individus n’étaient pas visés par le boycott, ni les compagnies dont l’implication est terminée, car ce ne serait pas une incitation au changement.
« Nous avons affaire à la politique des entreprises, et nous essayons de l’améliorer » dit D. Baum.
Elle a aussi rappelé que Polaroid avait été la première entreprise à se retirer de l’Afrique du Sud de l’Apartheid et que le mouvement avait été conduit par des employés de l’entreprise.
« Ce n’est pas contre l’entreprise, c’est pour elle ».
D. Baum a aussi suggéré des campagnes ludiques et créatives pour soutenir les droits de l’homme en Palestine, comme peindre les bulldozers en rose.

 

Le Docteur Dalit Baum est co-fondatrice de Who Profits from the Occupation et militante et chercheur de la Coalition of Women for Peace en Israël. Dans les cinq dernières années, Who Profits est devenue une source vitale pour des dizaines de campagnes à travers le monde, leur  fournissant des informations sur la complicité des entreprises dans l’occupation de la Palestine.
Dalit est une universitaire féministe qui enseigne dans les universités en Israël sur le militarisme et l’économie mondiale d’un point de vue féministe. Militante féministe/pro-homosexuels, elle a été active dans divers groupes du mouvement anti-occupation, entre autres Black Laundry [Laver plus Noir], Boycott de l’Intérieur, Zochrot, Anarchistes Contre le Mur et Femmes en Noir.
Cette année elle travaille de San Francisco avec le Programme d’Echanges Mondiaux Economic Activism for Palestine qui soutient corporate accountability campaigns [campagnes de responsabilisation des enterprises] aux Etats-Unis.