COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Transmis par Joye Braun
Le 28 mars 2016
Publié par Censored News le 29 mars
Traduction Christine Prat, Nederlands door Alice Holemans

 

Contacts du Camp Spirituel avec la presse :

Medias contact : Dakota Kidder, rsrtgrassroots@gmail.com, tél. : (00 1) 701-329-9311

Tribu Sioux de Standing Rock, Bureau Tribal de la Préservation Historique Section 106, La Donna, Bravebull Allard, (00 1) 701-854-8645

Tribal Citizens Rise Up Against Bakken Oil Pipeline (Les Citoyens Tribaux se Mobilisent Contre le Pipeline Pétrolier de Bakken)

Chevauchée et Camp Spirituel auront lieu le long du trajet proposé pour le Pipeline d’Accès du Dakota

 

Cannonball, Dakota du Sud – Le 1er avril 2016, des citoyens tribaux de la Nation Lakota de Standing Rock et des alliés Lakota, Nakota, et Dakota, organiseront une chevauchée sous le nom de « Chante tin’sa kinanzi Po » pour célébrer la création du Camp Spirituel qui doit être érigé le long du projet de trajet pour le pipeline pétrolier de Bakken, (branche d’) Accès à partir du Dakota. Ce camp sera appelé Iŋyaŋ Wakȟáŋaǧapi Othí, qu’on peut traduire par Rocher Sacré, le nom d’origine de la région de Cannonball. Le Camp Spirituel a pour but d’empêcher le pipeline d’Accès du Dakota, et de faire prendre conscience des dangers que comportent les fuites de pipelines et de la nécessité de protéger les ressources d’eau de la Rivière Missouri.

Chante tin’sa kinanzi Po est un groupe de base qui à propos de sa mission cite le Chef Sitting Bull: « Ils exigent notre Mère, la Terre, pour leurs propres fins, et érigent des clôtures pour maintenir leurs voisins à l’écart, et La mutiler avec leurs constructions et leur rejet. » Son mode de vie est notre mode de vie – nous opposer au Pipeline d’Accès du Dakota est notre devoir.

Groupe : Chante tin’sa kinanzi Po, signifie Résistez avec un Cœur Fort !

Le Nom du Camp Spirituel:  Iŋyaŋ Wakȟáŋaǧapi Othí signifie à peu près Camp du Rocher Sacré,

Les deux sont en Lakota.

Le Pipeline Accès Dakota (Dakota Access Pipeline – DAPL), qui appartient à Energy Transfer Partners, L.P., projette de transporter 450 000 barils par jour de pétrole brut de Bakken, des territoires du Dakota du Nord à Patoka, Illinois. Les menaces que ce pipeline fait peser sur l’environnement, la santé humaine et les Droits de l’homme sont les mêmes que celles posées par le Keystone XL. Parce que le DAPL traversera la Nappe Aquifère Ogallala (une des plus grandes nappes aquifères du monde) et passera deux fois sous la Rivière Missouri (la plus longue rivière des Etats-Unis), une pollution possible de ces sources d’eau fait de ce pipeline un danger national. La construction de l’Accès Dakota menacera tout, de l’agriculture et l’eau potable à des écosystèmes entiers, et la vie sauvage et les ressources en vivres autour du Missouri. La nidification des aigles chauves et des pluviers siffleurs, tout comme la qualité du riz sauvage et des plantes médicinales telles que l’acore ne sont que quelques unes des espèces menacées de cette région.

Nous en appelons à tous ceux qui sont avec nous contre cette menace sur notre santé, notre culture et notre souveraineté. Nous demandons à tous ceux qui vivent sur ou près de la Rivière Missouri et ses affluents, tous ceux qui font de l’agriculture ou de l’élevage dans la région et à tous ceux qui se préoccupent de l’air pur et de l’eau potable de nous soutenir contre le Pipeline d’Accès du Dakota !

 

CITATIONS :

Waniya Locke (Ahtna Dene, Dakota, Lakota, Anishinaabe), descendante de gens de Standing Rock déclare : « Nous n’avons pas besoin de pétrole pour vivre, mais nous avons besoin d’eau, et l’eau est un Droit de l’Homme, pas un privilège. »

Virgil Taken Alive, de Standing Rock déclare : «De toutes les atrocités auxquelles nous avons été confrontés en tant qu’Amérindiens et avons surmontées, c’en est une qui ne nous touche pas que nous, mais toute l’humanité. La Terre est Notre Mère. Nous devons La protéger. »

Joye Braun, organisatrice dans la Réserve Sioux de Cheyenne River déclare : « Les dangers imposés par l’avidité des grandes compagnies pétrolières aux gens qui vivent le long de la Rivière Missouri sont incroyables. Si ce pipeline casse, comme il arrive à la grande majorité des pipelines, plus de la moitié de l’eau potable du Dakota du Sud sera touchée. Comment l’agrément de ce projet peut-il être favorable aux gens, à l’agriculture, au bétail?  Il faut qu’il soit bloqué. Les gens des quatre bandes de Cheyenne River sont avec notre nation sœur dans ce combat et nous appelons tous les Oceti Sakowin ou Conseil des Sept Feux à faire de même avec nos alliés, Autochtones et non-Autochtones qui s’opposent à ce pipeline. »

Paula Antonie, Présidente de Protéger les Gens, citoyenne de la tribu Sioux de Rosebud, dit :

« Le DAPL (Pipeline) est une menace pour notre peuple, et pour des régions importantes culturellement et historiquement. Nous serons aux côtés de nos parents Hunkpapa pour nous défendre contre tous les risques importants pour l’environnement, la santé publique et la sécurité dans nos territoires des Traités. »

Dallas Goldtooth, organisateur de la campagne ‘Laissez-les dans le Sol’ pour le Réseau Environnemental Indigène [IEN : Indigenous Environmental Network] a déclaré : « Ce pipeline de Bakken n’est pas différent du Keystone XL. Il menace les eaux sacrées du Missouri, il menace les eaux vitales de la nappe aquifère Ogallala, il utilise l’expropriation pour réduire les droits des agriculteurs et des éleveurs, et il essaie d’enfermer notre pays dans une dépendance plus grande des carburants fossiles alors que nous envisageons justement une transition nécessaire vers l’énergie renouvelable. Nous devons laisser ce pétrole dans le sol, pour le bien des générations futures. »

 

 

En mars 2014, Joye Braun, handicapée, a bloqué avec son fauteuil roulant un méga-transport de pétrole polluant. Voir l’article en anglais sur Censored News. Le 28 août 2014, elle a appris que deux camions transportant de l’eau polluée résultant de la fracturation hydraulique étaient stationnés au Motel de Cheyenne River, à Eagle Butte, dans le Dakota du Sud, dans la Réserve Sioux de Cheyenne River. Elle a dit aux chauffeurs que la police tribale avait été informée et que la présence de leurs camions – surtout de leur chargement – violait les Résolutions Tribales de Cheyenne River, qui spécifiaient que tous ces transports liés au pétrole polluant seraient renvoyés d’où ils venaient.

La police Sioux a répondu à Joye Braun que le mémorandum du Président Tribal Keckler « avait force de loi », que les camions « n’étaient pas ce qu’ils pensaient » et que « vous, les gens, devaient arrêter de harceler les chauffeurs. »

Joye Braun a fait savoir à l’officier en charge qu’il s’agissait de déchets de fracturation [très toxiques, dans pratiquement toutes les activités minières, à l’heure actuelle, il y a emploi d’arsenic, d’autres métaux lourds, et de produits radioactifs – NdT].

Les chauffeurs de camions ont prétendu s’être sentis menacés quand Joye a lancé un appel à des supporters (de son fauteuil roulant).

C’est à ce moment que Joye fut arrêtée. Elle a passé la nuit dans un centre de détention et a été accusée de fausse alerte, de conspiration criminelle, d’obstruction à la justice, de nuisance publique, de trouble à l’ordre publique et harcèlement, de n’avoir pas mis ses phares en code et de vol par tromperie.

 

Christine Prat, d’après l’article d’Indigenous Resistance publié sur Censored News.

 

chr-51381Communiqué de presse

6 décembre 2016

LA DELEGATION DU RESEAU ENVIRONNEMENTAL AUTOCHTONE A LA COP21 REAGIT A L’ANNONCE DU CANADA DE SOUTENIR LE BUT D’ 1,5° POUR LE CLIMAT

Par Suzanne Dhaliwal
Publié le 7 décembre 2015 sur le site de l’IEN
Traduction Christine Prat

PARIS, France – Les Peuples Autochtones du Canada, des Etats-Unis et du monde ont d’abord été ravis d’entendre que le Ministre de l’Environnement et du Changement Climatique du Canada, Catherine McKenna, avait déclaré aux leaders du monde entier lors de négociations sur le climat à huis-clos à Paris, que le Canada soutient la restriction de l’élévation globale de la température à 1,5° Celsius, adoptant par là un but plus ambitieux pour la réduction des gaz à effet de serre que les 2° que le sommet des Nations Unies vise officiellement.

« Je serre la main du Canada pour soutenir la position de 1,5° Celsius. Cependant, le Conseil Global des Peuples Autochtones a toujours défendu la limite de 1,5°. Ça n’a jamais changé », dit Tom Goldtooth, Directeur Exécutif du Réseau Environnemental Autochtone [Indigenous Environmental Network], une organisation Autochtone basée en Amérique du Nord. « Ce qui reste à voir, c’est comment le Canada compte parvenir à ce résultat sans un engagement à interrompre l’expansion des sables bitumineux d’Alberta et les pipelines qui y sont associés et entreprendre une transition rapide vers une économie durable. Cela serait la vraie nouvelle et l’engagement que nous voulons du Canada pour réagir profondément à la crise climatique. »

Trudeau a été déçu par la décision d’Obama, en novembre, de ne pas prolonger le pipeline Keystone XL, arguant de ses inquiétudes à propos des conséquences de la décision sur l’économie Canadienne et la création d’emplois. Il n’a pas présenté de plan complet pour détourner le Canada des carburants fossiles très polluants, au profit d’une économie verte.

« L’engagement du Canada pour la limite de 1,5° est un pas dans la bonne direction qui indique la reconnaissance de la situation urgente dans laquelle nous sommes mondialement de par la crise climatique. Si le gouvernement Canadien va dans le sens de ses paroles, cela pourrait créer les circonstances politiques pour nous mener vers le futur avec le genre d’investissement nécessaire pour l’approche totale dont nous avons besoin pour arrêter la fonte des glaciers et construire pour le Canada une économie renouvelable fondée sur la justice. Cela signifie, sans équivoque possible, stopper l’expansion des sables bitumineux et des pipelines qui y sont associés tels que Energie Est de TransCanada et Trans-Mountain de Kinder Morgan. Pour nous, Peuples Autochtones, c’est l’occasion de faire entendre notre sagesse et nos connaissances et d’offrir de nombreuses solutions à la crise mondiale du climat qui ne réduisent pas en marchandise et ne menacent pas la biodiversité dont notre mode de vie dépend » dit l’actrice Métis/Cree Tantoo Cardinal, de Fort McMurray en Alberta, au Canada.

Malgré la rhétorique de Trudeau, le gouvernement du Canada semble déterminé à promouvoir le pétrole de sables bitumineux sur les marchés internationaux par tous les moyens nécessaires.

« En tant que Denedeh du Nord et de l’Arctique, nous avons déjà subi un changement de 2° et vu ses impacts réels sur le changement climatique. Nous sommes aussi en aval du plus grand projet industriel de la planète, les sables bitumineux d’Alberta, qui se combinent pour produire les effets du changement climatique par la contamination et la dégradation des terres dont nous dépendons. Il nous faut plus que des engagements écrits ou verbaux, il nous faut une véritable action sur le climat maintenant, et çà signifie que nous ne pouvons pas accroître l’exploitation des sables bitumineux et que nous devons laisser les carburants fossiles dans le sol », dit Daniel T’Seelie, membre de la communauté Dene

 

 

OweAkuLogo3-4-2015

 

UNE VICTOIRE POUR UNCI MAKA, NOTRE MERE LA TERRE !
LE PRESIDENT OBAMA REJETTE OFFICIELLEMENT L’OLEODUC KEYSTONE XL

Par Owe Aku, Projet de Justice International
See original article in English, on Owe Aku’s site, on Censored News
6 novembre 2015
Traduction Christine Prat

 

Quand Wioweya Najin Win, Debra White Plume, qui vit actuellement à Pine Ridge, sans médias ni internet, a pris connaissance de la déclaration, elle a déclaré :

« C’est une si grande nouvelle ! Wopila à tous ceux de l’Armée de la Terre. Le Président Obama s’est mis en travers du chemin d’un mal menaçant les gens. Il a posé ses MOCASSINS SUR LE SOL ! [= il les attend DE PIED FERME] Nos ancêtres sont avec nous et nous sommes si reconnaissants pour la protection de l’Eau Sacrée. »

 

VIVA !

 

LE PRESIDENT, LE VICE-PRESIDENT ET LE SECRETAIRE D’ETAT VIENNENT JUSTE D’APPARAITRE A LA TELEVISION NATIONALE POUR REJETER L’OLEODUC KEYSTONE XL. LE PRESIDENT A NOMME TROIS RAISONS QUI L’ONT CONDUIT A CETTE DECISION :
1. Le pipeline ne serait pas un accroissement à long terme de notre économie ; il ne crée pas d’emplois ;
2. Le pipeline ne ferait pas baisser le prix de l’essence pour les consommateurs américains ;
3. Le pipeline transporterait du brut très polluant à travers le pays sans rien ajouter à notre sécurité énergétique. Le Président suggérait que ce serait hypocrite d’approuver l’oléoduc tout en faisant des tentatives pour développer les solutions d’énergie propre par une politique durable.

Tout le monde reconnaît que la situation présente du gouvernement américain est tout sauf stable, et qu’un nouveau gouvernement de droite, chrétien et Républicain pourrait revenir sur la décision. Cependant, c’est tout de même UNE VICTOIRE IMPORTANTE. Quiconque voudra maintenant ou dans le futur menacer la sécurité de l’eau que nous protégeons pour les générations futures, se heurtera à la même opposition que celle qui a vaincu le pipeline aujourd’hui.

Et voici un récent témoignage de Wioweya Najin Win (Debra White Plume, Directrice d’Owe Aku Bring Back the Way) devant la Commission des Services Publiques du Dakota du Sud, expliquant la vision du monde Lakota qui préside aux stratégies organisées que nous employons pour défendre Unci Maka et Mni Wakan, du 5 juillet 2015

Commission des Services Publiques du South Dakota
500 E. Capital Av.
Pierre, SD 57501

 

Je suis Wioweya Najin Win. Mon nom anglais est Debra White Plume et mon adresse est PO Box 325, Manderson, SD 57756. Je veux commenter le dossier numéro HP12-001 concernant le Commentaire Publique du 26 juillet 2015, sur le Pipeline pour Sables Bitumineux KXL, de TransCanada, Inc.

La vision du monde Lakota et la vision du monde Américaine concernant la terre et l’eau sont différentes, de même que nos visions du monde concernant le temps et l’espace. La vision du monde Américaine, à travers ses institutions, ses politiques, ses lois et règlements, dit que les officiels élus et nommés ont le droit de prendre la décision finale sur ce qui se passe dans notre espace partagé. Pour être plus claire, par le mot ‘notre’ je me réfère aux Lakota et aux Américains, et aux officiels élus ou nommés par opposition au reste de nous tous. Dans la vision du monde Lakota, chacun a droit à la parole, et une décision collective est prise par consensus. Il n’y a pas de hiérarchie, une personne n’est pas plus importante qu’une autre. Tous les gens sont importants et ont le droit de s’exprimer.

De mon point de vue, l’espace et la distance entre l’endroit où je vis et celui où TransCanada, Inc. veut mettre son KXL pour sables bitumineux, sont trop proches. Bien que l’endroit où je me repose la nuit et me lève chaque matin pour vivre une vie pour laquelle je suis reconnaissante, et le trajet du pipeline par Mission, Dakota du Sud, ou Murdo, Dakota du Sud, ou Lower Brule, Dakota du Sud, ou Faith, Dakota du Sud, soient à des centaines de kilomètres, pour moi, ce trajet est juste à côté. Toute cette région est chez moi.

Le trajet proposé pour le KXL et que vous avez pris en considération, passerait non seulement, ce qui est irresponsable, au-dessus de la nappe aquifère Ogallala, mais il traverserait aussi dangereusement beaucoup d’eaux de surface, entre autres le Fleuve Missouri et la Rivière Cheyenne. Tout cela est de l’eau sacrée, nous disons Mni Wicozani, c’est par l’eau qu’il y a de la vie. Sans eau il n’y a pas de vie.

Je vais vous parler de choses personnelles. J’ai reçu mon quatrième nom Lakota sur les rives de Cheyenne River, nommée par Grover Horned Antelope. Mon chant a été chanté par John Around Him, au cours d’une cérémonie conduite par Rocky Afraid of Hawk, avec pour témoins Celane Not Help Him et beaucoup d’Anciens Lakota hautement estimés. Mes enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants ont reçu leurs noms sur les berges de rivières. Mon mariage, il y a 36 ans, y a été béni.

Les bébés naissent sur les berges des rivières, les mariages y sont bénis, on y reçoit les noms. On donne ses enfants en mariage, le long des berges des rivières. Des cérémonies de guérison et de remerciements sont tenues le long des berges des rivières. Des gens y meurent, le long des berges de rivières. Des dizaines de milliers de ces cérémonies, ainsi que des cérémonies de Conservation et Libération de l’Esprit [du défunt], des cérémonies de passage d’une fille à l’âge de femme, et beaucoup d’autres cérémonies ont été et sont encore tenues le long des berges des rivières, pour notre Nation Lakota, pour des dizaines de milliers de gens, pour des dizaines de milliers de générations. L’eau fait partie des cérémonies Lakota, nous honorons et respectons l’eau.

Notre Nation Lakota a perdu beaucoup de parents au cours des générations, en se battant pour l’eau et la terre. Des Ancêtres sont morts le long des berges des rivières en combattant les pèlerins et les colons américains, le chemin de fer et les compagnies minières, et les empiètements des militaires des Etats-Unis sur nos territoires. Nos ancêtres vivaient une belle vie le long des berges des rivières, combattaient le long des berges des rivières, mouraient le long des berges des rivières et gagnaient leurs batailles, le long des berges des rivières. L’Amérique a reconnu et admis que cette eau et cette terre sont en territoire Lakota, comme il est prouvé par le Traité de Fort Laramie de 1851. L’Amérique et son gouvernement de citoyens violent ce Traité, qui a valeur de loi internationale, chaque fois qu’ils veulent faire de l’argent.

Maintenant que le monde a les Droits de l’Homme, la communauté internationale a reconnu et affirmé qu’en tant qu’Autochtones, la Nation Lakota a besoin de plus de protection, comme tous les peuples Autochtones, contre les multinationales et les gouvernements qui ne respectent pas les lois, ni les lois morales, ni les jugements humanitaires, y compris les Droits de l’Homme. Les Autochtones sont considérés comme ‘jetables’ dans leurs entreprises de profanation des terres et des eaux pour des profits personnels ou pour leurs entreprises privées, c’est pourquoi les Nations Unies ont adopté la Déclaration des Droits des Peuples Autochtones, y compris ceux des Etats-Unis, pour fournir des règles directrices sur le respect des Droits Humains de tous les peuples. Cet acte a également été enfreint et sera encore enfreint par des officiels comme vous si vous approuvez le pipeline pour sables bitumineux KXL.

Le gouvernement des citoyens d’Amérique enfreint ses propres lois, établies pour protéger l’eau potable, non seulement pour approuver des pipelines, mais aussi des industries d’exploitation minière, comme l’exploitation d’uranium et la fracturation hydraulique. Des individus tels que vous enfreignent ces lois et ces doctrines. Vous n’êtes pas anonymes et ne devez pas vous cacher derrière vos titres gouvernementaux. Vous vivez ici et avez autant besoin de cette eau que moi. Les citoyens du Dakota du Sud et leurs organisations, toutes les Tribus du Dakota du Sud, ont dit non au KXL pour sables bitumineux de TransCanada. Maintenant c’est votre tour de dire non.

Vous êtes des êtres humains qui buvaient de l’eau, vous ne pouvez pas vivre sans eau. Pour je ne sais quelle raison, c’est vous qui avez l’autorité à ce jour pour protéger l’eau sacrée et tout ce qui vit dans ce passage à travers ce grand pays, en décidant de dire non à TransCanada, Inc. Vous pouvez arrêter cette destruction avant qu’elle ne commence, vous pouvez protéger ces terres et ces eaux pour ceux qui vivent maintenant et pour les générations à venir.

Le KXL peut contaminer l’eau souterraine et les eaux de surface non seulement avec son pétrole dégoutant de sables bitumineux, mais aussi avec les produits mortels avec lesquels il est mélangé, pour le liquéfier à une température constante de 65,5 degrés. La pression extrême, nécessaire pour le trainer sur des milliers de kilomètres, du départ au Canada, au terminus au Texas, est une force mortelle en soit, assez puissante pour couper un homme en deux s’il se trouve à proximité, si çà craque et explose. Le sens commun suffit à une personne intelligente pour comprendre que le KXL pour sables bitumineux est un serpent noir au venin mortel qui doit être maintenu loin de nos demeures et de notre environnement. Prendriez-vous la décision de laisser vivre un serpent à sonnette dans votre salle de séjour ou dans les chambres de vos filles et de vos fils ?

Faites que votre décision ne participe pas à la violation de la loi américaine, internationale et naturelle, en votant l’approbation du KXL pour sables bitumineux. N’ouvrez pas la porte de ce beau pays et de son eau au serpent noir qui pourrait entrer chez nous. Il ne fera pas la différence entre un Lakota et un Blanc. Les agriculteurs et éleveurs blancs risquent tout autant que nous, les Lakota. Beaucoup ont été frappés par la manipulation de TransCanada soutenue par le gouvernement, leurs ranches et leurs fermes ont été coupés en deux.

J’appelle chacun d’entre vous à être un homme, un véritable être humain, et à résister à cette menace pour notre eau et nos familles. Ne soyez pas lâche ou manipulé par l’entreprise et les chefs de gouvernements qui reçoivent de l’argent de l’entreprise pour approuver. Participez à la création d’une histoire saine, à laquelle les générations à venir se référeront, et seront heureuses de ce que leurs grands-pères et grand-mères se soient dressés sur la route de quelque chose de mauvais qui menaçait les gens.

Je vous demande instamment de voir au-delà du désir de partager l’autosatisfaction du réseau du ‘bon gars’ du Preneur de Graisse, flattant l’appétit de l’avidité insatiable. Je vous demande instamment de considérer le bon futur des garçons et filles Lakota, le bon futur des éleveurs et agriculteurs blancs et de garçons et filles blancs des villes, lequel futur est entre vos mains. Vous savez, il y a des failles que vous pouvez trouver pour dire non à TransCanada. Je vous demande instamment d’être brave et visionnaire et de ne pas vous contenter de vous tenir à distance, mais de résister contre le Preneur de Graisse.

Wioweya Najin Win, aka Debra White Plume
Owe Aku, Bring Back the Way
PO Box 325
Manderson, SD 57756
www.oweakuinternation.org

 

Sujet : Le dossier numéro HP12-001, le pipeline KXL de TransCanada

Par Debra White Plume
Publié sur Censored News
Traduction Christine Prat

19 juillet 2015

 

A la Commission des Services Publics du Dakota du Sud
500E Capitol Avenue
Pierre, SD 57501

 

Wioweya Najin Win miye. Mon nom anglais est Debra White Plume et mon adresse P.O. Box 325, Manderson, SD 57756. Je commente le dossier numéro HP12-001 concernant le Pipeline de Sables bitumineux KXL de TransCanada, Inc. pour le Commentaire Public du 26 juillet 2015 dans le Dakota du Sud.

La vision du monde Lakota et la vision du monde Américaine concernant la terre et l’eau sont différentes, car notre vision du monde concerne le temps et l’espace. La vision Américaine, à travers ses institutions, ses politiques, ses règlements et ses lois dit que les élus et les officiels nommés prennent la décision définitive sur ce qui se passe dans l’espace que nous partageons. En clair, par le mot ‘notre’ je me réfère aux Lakota et aux Américains, aux officiels élus/nommés et au reste d’entre nous. Dans la vision du monde Lakota, tout le monde a droit à la parole, une décision collective est obtenue par consensus. Il n’y a pas de hiérarchie dans laquelle une personne serait plus importante qu’une autre. Tous les gens sont importants et ont le droit de s’exprimer.

De mon point de vue, l’espace et la distance entre l’endroit où je vis et celui où TransCanada, Inc. veut faire passer son pipeline de sables bitumineux KXL sont trop proches. Bien que l’endroit où je pose ma tête pour dormir la nuit, où je me lève tous les matins pour vivre une vie pour laquelle je suis reconnaissante, et le trajet du pipeline par Mission, Dakota du Sud ou Murdo, Dakota du Sud, ou Lower Brule, Dakota du Sud, ou Faith, Dakota du Sud, peuvent bien être à des centaines de kilomètres, ce trajet est ici. Toute cette région est chez moi.

Le trajet que vous envisagez pour le KXL ne serait pas seulement délirant parce que situé au-dessus de la Nappe Aquifère Ogallala, il traverserait aussi dangereusement des eaux de surface, entre autres le Missouri et la Rivière Cheyenne. Ce sont toutes des eaux sacrées, nous disons Mni Wicozani, par l’eau il y a de la vie. Sans eau il n’y a pas de vie.

Je vais vous faire part d’un peu de mon histoire personnelle. J’ai reçu mon quatrième nom Lakota le long des berges de la Rivière Cheyenne, de Grover Horned Antelope. Mon chant a été chanté par John Around Him, au cours d’une cérémonie conduite par Rocky Afraid of Hawk, où étaient présents Celane Not Help Him et beaucoup d’Anciens Lakota hautement estimés. Mes enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants ont reçu leurs noms sur les berges de la rivière. Mon mariage, il y a 36 ans, a été béni là-bas.

Des bébés naissent sur les berges de la rivière, des mariages y sont bénis, des noms y sont donnés. Des cérémonies de cadeaux sont organisées sur les berges des rivières. Des cérémonies de guérison et de remerciements sont organisées sur les berges de la rivière. Des gens meurent là-bas, le long des berges des rivières. Des dizaines de milliers de ces cérémonies, tout comme la Conservation et la Libération des cérémonies de l’Esprit, les cérémonies de passage des filles à l’âge adulte, et beaucoup d’autres cérémonies ont été tenues et le sont toujours sur les berges de la rivière pour notre Nation Lakota, pour des dizaines de milliers de gens, pour des dizaines de milliers de générations. L’eau fait partie de toutes les cérémonies Lakota, nous honorons et respectons l’eau.

Notre Nation Lakota a perdu beaucoup de parents, sur des générations, en luttant pour l’eau et la terre. Des Ancêtres sont morts sur les berges de la rivière en combattants les pèlerins et les colons Américains, le chemin de fer et les compagnies minières, et l’Armée des Etats-Unis qui envahissait nos territoires. Nos ancêtres ont vécu une belle vie le long des berges des rivières, ont combattu le long des berges des rivières, sont morts le long des berges des rivières, et ont gagné leurs batailles le long des berges des rivières. L’Amérique a reconnu et admis que cette eau et cette terre sont en territoire Lakota, tel qu’il est prouvé par le Traité de Fort Laramie de 1851. L’Amérique et son gouvernement citoyen violent ce Traité, une loi internationale, chaque fois qu’ils veulent faire de l’argent.

Tandis que le monde a les Droits de l’Homme, la communauté internationale a reconnu et admis qu’en tant que peuples Autochtones la Nation Lakota a besoin de plus de protection, comme tous les peuples Autochtones, contre les compagnies privées et les gouvernements qui ne respectent ni les lois ni les jugements moraux et humains, y compris les Droits de l’Homme. Les Peuples Autochtones sont vus comme pouvant être sacrifiés, dans les actions qui profanent les terres et les eaux pour les profits personnels et ceux des entreprises privées, c’est pourquoi les Nations Unies ont adopté la Déclaration des Droits de Peuples Autochtones, y compris ceux des Etats-Unis, afin de fournir des modèles de conduite pour respecter les Droits de l’Homme de tous les peuples. Cette action est également enfreinte et le sera toujours plus par des officiels du gouvernement comme vous-mêmes, qui approuvez le pipeline pour sables bitumineux KXL.

Le gouvernement Américain des citoyens enfreint ses propres lois établies pour protéger l’eau potable, pour approuver non seulement des pipelines, mais aussi des industries minières comme l’exploitation d’uranium et la fracturation hydraulique. Des individus tels que vous enfreignent ces lois et ces doctrines. Vous n’êtes pas anonymes et ne devez pas vous cacher derrière vos titres officiels. Vous vivez ici et avez besoin de cette eau autant que moi. Les citoyens du Dakota du Sud et leurs organisations, toutes les Tribus du Dakota du Sud, ont dit non au pipeline de sables bitumineux KXL de TransCanada. Maintenant c’est votre tour de dire non.

Vous êtes des êtres humains qui boivent de l’eau, vous ne pouvez pas vivre sans eau. Pour une raison quelconque, vous avez l’autorité aujourd’hui pour protéger l’eau sacrée et toute la vie dans tout ce corridor à travers ce pays immense, en décidant de dire non à TransCanada. Vous pouvez arrêter cette destruction avant qu’elle ne commence, vous pouvez protéger les terres et les eaux pour ceux qui vivent maintenant et pour les générations à venir.

Le KXL peut polluer l’eau souterraine et les eaux de surface, non seulement avec son sale pétrole de sables bitumineux, mais aussi avec tous les produits chimiques mortels qui y sont mélangés afin de le liquéfier à une température constante de 65 degrés. La pression extrême nécessaire pour le trainer sur des milliers de kilomètres de son point de départ au Canada jusqu’au terminal duTexas, est en elle-même une force mortelle, suffisante pour couper un homme en deux s’il est à proximité quand çà casse ou explose. Le sens commun suffit à une personne intelligente pour savoir que le pipeline de sables bitumineux KXL est un serpent noir avec un venin mortel qui doit être éloigné de nos habitations et de notre environnement. Prendriez-vous la décision de faire vivre un serpent à sonnettes dans votre salle de séjour ou dans les chambres de vos enfants ?

Faites que votre décision ne soit pas une violation de plus de la loi américaine, internationale et naturelle en votant pour le pipeline de sables bitumineux KXL. N’ouvrez pas la porte de ce beau pays et de cette eau au serpent noir, de sorte qu’il pourrait entrer chez vous. Il ne se préoccupe pas de distinguer si il a affaire à un Lakota ou à un Blanc. Les fermiers et éleveurs blancs courent autant de risques que nous les Lakota. Beaucoup d’entre eux ont été touchés par la manipulation de TransCanada soutenue par le gouvernement, et leurs ranchs et leurs fermes ont été coupés en deux.

J’appelle chacun de vous à être un homme, un vrai, un être humain, et à être contre cette menace pour notre eau et nos familles. Ne soyez pas lâches, ne soyez pas des marionnettes de la firme privée et des membres du gouvernement qui touchent de l’argent de la compagnie. Participez à la création d’une histoire dont les générations à venir seront fières, et heureuses que leurs grands-pères et grands-mères aient fait obstacle à un mal venant vers le peuple.

Je vous prie instamment de voir au-delà du désir de prendre part aux claques dans le dos des bons gars du réseau du Preneur de Graisse, en satisfaisant aux appétits d’une convoitise insatiable. Je vous prie instamment de penser à un bon avenir pour les garçons et filles Lakota, un bon avenir pout les éleveurs et fermiers blancs et les garçons et filles des villes blanches, dont l’avenir est entre vos mains. Vous savez comment trouver les failles pour dire non à TransCanada. Je vous prie instamment d’avoir du courage et d’être visionnaires, et de ne pas seulement vous distinguer, mais de vous élever contre le Preneur de Graisse.

Wioweya Najin Win, aka Debra White Plume
Owe Aku, Bring Back the Way (Retrouvez la Voie)
P.O. Box 325
Manderson, SD 57756
www.oweakuinternational.org

 

OweAkuLogo3-4-2015

 

 

DES NATIONS TRIBALES DEMANDENT AU PRESIDENT OBAMA DE REJETER LE KXL ET DEMANDENT UNE RENCONTRE D’URGENCE AVEC LE MINISTERE DE L’INTERIEUR

L’Association des Présidents Tribaux des Grandes Plaines exprime des inquiétudes dues à l’exclusion des intérêts tribaux du débat sur l’oléoduc pour sables bitumineux et de l’impact sur les Droits du Traité

 

Par Indigenous Rising
Publié sur Censored News
Jeudi 15 janvier 2015
Traduction Christine Prat
See original article in English and German translation on Censored News

 

Rapid City, Dakota du Sud – John Steel, Président de l’Association des Présidents Tribaux des Grandes Plaines (GPTCA) et Président de la Tribu Sioux Oglala, a envoyé hier une lettre officielle au Président Barak Obama pour lui faire part d’inquiétudes tribales urgentes concernant l’impact du projet de pipeline Keystone XL sur les terres tribales. La lettre pressait le Président de rejeter le permis présidentiel pour le Keystone XL et l’informait des activités en cours d’une Commission d’Utilité Publique du Dakota du Sud pour requalifier le permis de construire pour cet état et demandait une rencontre avec le Ministre de l’Intérieur Sally Jewell pour discuter des inquiétudes tribales au sujet du pipeline. La GPTCA est constituée de 16 Tribus Indiennes Souveraines des états du Dakota du Nord, du Dakota du Sud et du Nebraska.

« Nous demandons une réunion urgente avec Sally Jewell, du Ministère de l’Intérieur, qui, en tant qu’administration dont nous dépendons, a la responsabilité d’entendre les chefs tribaux au cours d’une rencontre de gouvernement à gouvernement » déclare le Président Steele dans sa lettre au Président Obama. « Nous sommes prêts à présenter nos inquiétudes afin de les inclure dans la Déclaration Finale d’Impact Environnemental (FEIS) concernant les effets que le pipeline Keystone XL pourrait avoir sur les terres tribales, ainsi que sur nos sites sacrés, nos ressources culturelles et naturelles, et les droits sur l’eau protégés par traité et autres accords. »

Le Réseau Environnemental Autochtone, une organisation internationale à but non-lucratif pour la justice environnementale, travaille avec la GPTCA et les chefs Oceti Sakowin du Dakota du Sud, à une campagne contre le Keystone XL et le développement d’une infrastructure pour les sables bitumineux. Le Réseau Environnemental Autochtone et d’autres chefs Oceti Sakowin ont déclaré leur soutien à la lettre du Président Steel au Président Obama.

Robert Flying Hawk, Président Tribal Sioux Ihanktonwan/Yankton déclare: « Les Yankton sont catégoriques quant à la rencontre avec le Ministre Jewell au sujet de l’intrusion de Transcanada dans notre territoire, étant donné que ce n’est pas une affaire mineure. Nos droits sur l’eau, la protection de nos ressources culturelles et la sécurité des enfants et familles Oceti Sakowin surpassent n’importe quelles influences des Grandes Compagnies Pétrolières sur le Congrès. Nous sommes fermement solidaires de tous les autres chefs des Oceti Sakowin et Peuples Autochtones affectés par les sables bitumineux. »

Tom Goldtooth, Directeur Exécutif du Réseau Environnemental Autochtone déclare : « Nous sommes solidaires de nos parents Oceti Sakowin et encourageons le Ministère de l’Intérieur à désapprouver un permis pour le KXL et à donner au Président Obama une raison de plus pour rejeter ce pipeline pour sables bitumineux polluants. Nous le demandons pour le bien de la terre, de l’eau, de nos communautés, de nos sites sacrés et pour l’intégrité territoriale du caractère sacré de Notre Mère la Terre. »

 

LES SIOUX YANKTON ET IHANKTONWAN, ESSAIENT D’OBTENIR LE REJET DE LA DEMANDE DE TRANSCANADA A LA COMMISSION D’UTILITE PUBLIQUE DU DAKOTA DU SUD DE STATUER SUR UN PERMIS, LE 6 JANVIER 2015

Par La Tribu Sioux Yankton
Thomasina Realbird, Sioux Yankton
Faith Spotted Eagle, Présidente du Traité Ihanktonwan*
Publié sur Censored News
Mercredi 31 décembre 2014
Traduction Christine Prat

 

NATION SIOUX YANKTON – Dans une action menée avec détermination, la Tribu Sioux Yankton va croiser le fer avec Transcanada le 6 janvier, afin d’essayer d’obtenir le rejet de la demande de Transcanada de faire officialiser le passage de l’oléoduc Keystone XL à travers le Dakota du Sud. La Tribu avancera l’argument selon lequel tant de choses ont changé dans la constatation des faits et les conclusions légales ainsi que les cinquante conditions initiales devant être remplies par Transcanada, que c’en est devenu un nouvel oléoduc.
Les trois autres tribus présenteront des arguments soutenant la motion des Yankton.
Durant l’automne 2014, 41 intervenants et quatre tribus ont déposé des interventions contre le développement de l’oléoduc KXL durant des sessions de la Commission d’Utilité Publique du Dakota du Sud animées par trois membres de cette institution. En plus des Yankton, les quatre autres tribus sont celles de Cheyenne River, Rosebud et Standing Rock.
Les autres intervenants sont des ONG, des citoyens et des propriétaires de terres du Dakota du Sud et du Nebraska.
Beaucoup d’intervenants du Dakota du Sud sont membres de ‘NOKXL Dakota’ [Pas de KXL Dakota], qui constitue une puissante coalition de tribus, de propriétaires de terres et d’ONG, entre autres l’Action Rurale du Dakota, qui est intervenu quand la Commission d’Utilité Publique a certifié l’oléoduc KXL en 2010. Bold Nebraska [Nebraska Sans Peur] et d’autres propriétaires de terres du Nebraska ont également été acceptés comme intervenants.
La Commission d’Utilité Publique a accepté toutes les interventions, entre autres celles du Réseau Environnemental Autochtone, du Conseil Intertribal sur la Politique Publique, du Sierra Club, de 350.org, de la Fédération pour la Vie Sauvage du Dakota du Sud, et de la Commission d’Utilité Publique de Rosebud.
Au cours de la session de décembre 2014 de la Commission d’Utilité Publique, les tribus et les autres parties ont présenté leurs objections essentiellement par le biais de motions préalables mais n’ont pas été autorisées à argumenter lors de la session proprement dite.
Il s’avère que les sessions de la Commission d’Utilité Publique n’autorisent pas les arguments oraux, ce qui est inhabituel pour une institution exerçant un pouvoir de réglementation juridictionnel. Il reste à voir si cela va changer durant la session du 6 janvier.
Lors de la session du 6 janvier, des parties présenteront des faits déjà découverts pertinents pour la procédure. Après la date du 6 janvier, un calendrier accepté par tous a été fixé pour d’éventuelles découvertes de faits au cours des quatre mois qui se concluront par une dernière session dans la première semaine de mai. Le processus d’intervention a réuni une puissante coalition d’intervenants qui défendent leurs droits à une vraie procédure en tant que citoyens de ce pays. Les tribus affirment leurs droits de protéger les terres des traités, l’eau et les droits humains de vivre en sécurité sur une terre qu’ils habitent depuis des siècles. La terre n’inclut pas seulement les terres selon les traités, mais aussi des terres qui n’ont jamais été cédées et sont considérées comme ayant le statut de territoire occupé ; et des terres qui appartiennent en titres à certaines tribus comme Rosebud et Oglala. Yankton a combattu l’oléoduc KXL depuis 2008 et continuera jusqu’à ce que le KXL s’en aille.
Après la session du 6 janvier de la Commission d’Utilité Publique, la coalition NOKXL Dakota hébergera un Cercle de Prière dans la Rotonde du Capitole pour célébrer l’unité, la solidarité, l’opposition ininterrompue et la victoire de l’unification qui ne cèdera pas de terres à une entité étrangère et ne compromettra pas le climat pour les générations à venir.

Si vous avez des questions, contactez : Thomasina Realbird (00 1) (303) 673 9600 ou Faith Spotted Eagle (00 1) (605) 481 0416

 

*Le 25 janvier 2013 les Nations Sioux ont signé un Traité International (c.à.d. Inter nations Sioux, ouvert aux autres Nations voulant les rejoindre) pour Protéger le Sacré des Projets de Sables Bitumineux.

DakotaSacred23-1-2013

L’introduction :
Les représentants de Nations, tribus et gouvernements Autochtones souverains, participant au Rassemblement pour Protéger le Sacré des 23 au 25 janvier 2013, pour le 150ème anniversaire du Traité Entre les Pawnee et les Sioux Yankton, se sont rassemblés sur les terres Ihanktonwan et ont résolu par consentement libre, préalable et informé de s’engager par traité à être pour toujours respectés et protégés.
Voir le texte intégral du Traité, en anglais

 

Par Brenda Norrell
Censored News
19 novembre 2014
Traduction Christine Prat
See original article in English

Greg Grey Cloud, un Lakota de Crow Creek et co-fondateur de Wica Agli à Rosebud dans le Dakota du Sud, a été libéré la nuit dernière, après avoir été détenu pour avoir chanté au Sénat des Etats-Unis le chant des gens dont l’eau et les terres sont menacées par le très polluant oléoduc Keystone XL. Le vote pour le Keystone XL a échoué au Sénat hier (18 novembre) après que le projet de loi ait été adopté à la Chambre des Représentants.
Greg Grey Cloud a continué à chanter alors qu’il était projeté au sol et cogné contre le mur, menotté.
Greg Grey Cloud a remercié ceux qui ont ouvert le chemin, en particulier les présidents de la Nation Indienne et les gens de la base, pour le long combat contre l’extraction de sables bitumineux en Alberta, Canada, et la perspective de l’oléoduc très polluant qui menace l’immense nappe aquifère Ogallala en territoire Lakota.
Grey Cloud dit, la nuit dernière : « Alors que je suis là à essayer de me calmer des actions d’aujourd’hui et d’aller dormir, je dois exprimer des remerciements ! J’exprime toute ma gratitude à ceux qui combattent les pipelines ! Mes alliés dans le grand état du Nebraska qui sont les cowboys de notre alliance ! A mes nations Autochtones qui soutiennent, nous sommes les Indiens de nos cowboys ! A toutes les grands-mères, les tantes qui sont les femmes fortes et pleines d’influence qui ont ouvert la route pour nous, jeunes neveux, pour les soutenir ! Aux présidents tribaux qui soutiennent notre combat contre KXL et un grand merci à nos officiels élus, aux gens de la base, et à nos leaders communautaires ! »
Greg Grey Cloud a traduit le chant qu’il a chanté au Sénat pour Lakota Voice : Voir la traduction de l’article d’Ann-Erika White Bird.

Voir tous les articles traduits en français sur la résistance au pipeline Keystone XL

 

LE VOTE EN FAVEUR DE L’OLEODUC KEYSTONE XL ECHOUE AU SENAT AMERICAIN, UN RESISTANT À L’OLEODUC, CO-FONDATEUR DE WICA AGLI EXPULSE PUIS ARRETE

20 novembre 2014
Christine Prat

Des membres de Wica Agli (voir l’article du 14 novembre) se sont rendus à Washington D.C. le 18 novembre pour manifester leur solidarité avec le Président de la Tribu Sioux de Rosebud et avec l’organisation militante anti-oléoduc Cowboy Indian Alliance, qui existe dans plusieurs états.

Greg Grey Cloud, co-fondateur de Wica Agli, a dit avoir été inspiré par la déclaration du Président Scott de se rendre à Washington D.C. et d’aider autant que possible. Selon le communiqué de presse publié sur Lakota Voice le 17 novembre, il a dit : « Des déclarations puissantes comme celles qui ont été faites dans le communiqué de presse nous incitent à continuer de nous battre pour la santé et le bien-être de notre grand-mère la Terre et des femmes et des enfants de notre communauté. Nous devons impérativement bloquer ce Pipeline et tous les autres projets qui mettent nos familles en danger. »

Le 18 novembre, Greg Grey Cloud, présent au Sénat, a chanté un chant Amérindien, a été expulsé de la salle – chantant toujours – a été traité assez brutalement, puis arrêté. Il a été relâché au bout de cinq heures mais doit passer en jugement le 10 décembre.

Ci-dessous, traduction d’un article d’Ann-Erika White Bird, publié sur Lakota Voice.

 

UN ADVERSAIRE DU PIPELINE ET CO-FONDATEUR DE WICA AGLI EXPULSE DU SENAT ET ARRETE

18 novembre 2014
Par Ann-Erika White Bird
Publié sur Lakota Voice
See original article in English

RosebudLogo29-3-2014SICANGU LAKOTA OYATE [Rosebud, Dakota du Sud] – Greg Grey Cloud a fait la fierté de la Nation Lakota/Dakota/Nakota en chantant à pleine voix le chant unci maka wiwayang wacipi au Sénat ce jour. Grey Cloud est membre de la Tribu Sioux de Crow Creek, co-fondateur de Wica Agli et est oka wicasa.

Grey Cloud explique la traduction du chant comme suit : « Grand-Père regarde-moi, je suis en train de lutter, je défends grand-mère la Terre et je cours après la paix. » Il ajoute que le chant « n’est pas seulement le mien, mais celui de tous mes frères de Wica Agli. Nous défendons les femmes et les enfants de notre communauté. Le chant lui-même a eu une forte influence sur la raison pour laquelle je l’ai chanté ici. »

Dans la vidéo de CNN enregistrée dans la salle du Sénat, on peut entendre Grey Cloud après que le vote en faveur de la loi autorisant la construction de l’oléoduc KXL ait échoué. Il n’a manqué qu’une voix, il en fallait 60 pour que la loi passe, il y en a eu 59 pour et 41 contre.

Grey Cloud a déclaré qu’il avait été expulsé de la Chambre par la police du Capitol, jeté contre le mur et arrêté, continuant à chanter tout le temps. Il a été détenu en prison pendant cinq heures pour avoir interrompu le Sénat et assigné à passer au tribunal le 10 décembre 2014.

Grey Cloud, résident de la Réserve de Rosebud, avait demandé la permission d’utiliser le chant. Le membre de la Tribu Sioux de Rosebud Pat Bad Hand Sr. a expliqué les origines du chant, créé par Howard Bad Hand à Big Mountain, comme protestation contre les mines de charbon. Bad Hand Sr. a donné son accord, considérant qu’il était approprié de le chanter.

« Ce qui était important était de montrer aux Sénateurs des Etats-Unis, au Président et au gouvernement que nous sommes impliqués, et dans beaucoup de régions. Bien que la loi sur le KXL ne soit pas passée, le chant a été chanté en soutien aux Tribus, aux gens de la base et à l’Alliance Cowboy Indien, pour faire savoir aux Sénateurs que nous sommes là, que nous sommes un peuple aussi, et que nous soutenons ceux qui nous soutiennent. »

LE VOTE DE LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS EN FAVEUR DE L’OLEODUC KEYSTONE XL EST UN ACTE DE GUERRE

Par Wica Agli
Publié sur le site Lakota Voice
Le 14 novembre 2014
See original article in English
Traduction Christine Prat

 

RosebudLogo29-3-2014ROSEBUD, Dakota du Sud – En réaction au vote de ce jour à la Chambre des Représentants des Etats-Unis, autorisant l’oléoduc Keystone XL devant transporter du pétrole de sables bitumineux, le Président Tribal Sioux de Rosebud a annoncé que la Tribu Sioux de Rosebud (Sicangu Lakota Oyate) considérait l’autorisation de cet oléoduc comme un acte de guerre.

La Tribu a fait ce qu’elle a pu pour rester pacifique dans ses interactions avec les Etats-Unis dans cette affaire, en dépit du fait que la Tribu Sioux de Rosebud doive encore être consultée dans les formes sur le projet, qui traverserait les Terres Tribales, et que les inquiétudes exprimées auprès des Ministères de l’Intérieur et des Affaires Etrangères doivent encore être prises en compte.

« La Chambre a signé notre arrêt de mort et l’arrêt de mort de nos enfants et petits-enfants. La Tribu Sioux de Rosebud n’autorisera pas ce pipeline à traverser nos terres » dit le Président de la Tribu Sioux de Rosebud, M. Scott. « Nous sommes indignés par le manque de coopération intergouvernementale. Nous sommes une nation souveraine et ne sommes pas traités comme tel. Nous fermerons les frontières de notre réserve au Keystone XL. Autoriser le Keystone XL est un acte de guerre contre notre peuple. »

En février dernier, la Tribu Sioux de Rosebud et d’autres membres de la Grande Nation Sioux ont adopté des résolutions Tribales s’opposant au projet Keystone XL.

« Les peuples Lakota ont toujours été les intendants de cette terre » ajouta le Président Scott. « Nous pensons qu’il est impératif que nous fournissions des sources d’énergie sûres et responsables, non seulement aux membres de nos Tribus, mais également aux non-membres. Nous devons cesser d’investir dans des projets de carburant risqués comme le Keystone XL de TransCanada. Il est temps de nous souvenir que la terre est notre Mère et arrêter de la polluer, et prendre des mesures pour préserver la terre, l’eau et l’avenir de nos petits-enfants. »

La Tribu Sioux de Rosebud et plusieurs autres Tribus du Dakota du Sud sont unies pour s’opposer à des projets de carburant risqués et dangereux comme le Keystone XL de TransCanada. Le trajet projeté pour le Keystone XL de TransCanada traverse directement les Terres de la Grande Nation Sioux (Oceti Sakowin) telles qu’elles ont été définies par les deux Traités, celui de 1851 et celui de Fort Laramie de 1868, et passe à l’intérieur des frontières des Réserves Sioux de Rosebud et de Cheyenne River.

 

QUAND LA CONSTRUCTION COMMUNAUTAIRE IMPLIQUE UNE RECONSTRUCTION CONCRETE

Par Kent Lebsock
Owe Aku International Justice Project
Publié sur Censored News
7 mai 2014
See original article in English
Traduction Christine Prat

Depuis sa création il y a plus de 20 ans, Owe Aku (‘Bring Back the Way’ – Retrouvez la Voie – fondé par le tiyospaye – famille élargie – White Plume) a travaillé pour la culture Lakota et sa base territoriale dans des forums allant des salles de séjour des Anciens de Pine Ridge au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève. Les nombreux aspects du travail pour le changement social et la revitalisation culturelle se situent nécessairement dans le cadre du système de tiyospaye (famille élargie ou communauté) qui est la base de l’organisation sociale des Lakota traditionnels. Les membres de cette famille ne sont pas seulement les humains. Les nations silencieuses (l’herbe, les fleurs, les arbres), les êtres à quatre pattes, l’eau sacrée et notre Mère la Terre elle-même font partie de la communauté et être un bon parent est le but du système du tiyospaye. Nous sommes maintenant sur la ligne de front pour protéger l’eau sacrée, ayant fait le vœu de bloquer l’exploitation d’uranium dans les Black Hills et d’empêcher le Pipeline KXL de pénétrer dans le territoire Lakota défini par traité. C’est notre devoir, notre responsabilité et notre plaisir de faire ce travail uniquement en tant que bénévoles à temps plein.

Il y a quelques années, un incendie à l’origine douteuse a détruit la maison des White Plume sur un terrain proche de Wounded Knee Creek. L’incendie était catastrophique pour la famille, la communauté et le travail d’Owe Aku. Des objets cérémoniels et des œuvres d’art ancestrales inestimables, ainsi que de la documentation historique ont été perdus. Çà c’est produit pendant que nous menions un combat contre une des plus grandes compagnies d’uranium du monde et, pendant de nombreuses semaines, Debra White Plume a travaillé sans relâche pour reconstituer la documentation de la chambre d’un motel de la réserve.Les choses se sont améliorées avec le temps, bien sûr, et Alex White Plume a reconstruit la maison familiale qui constitue le cœur de leur tiyospaye. A tout moment, des petits-enfants, quelques arrière-petits-enfants et des hôtes venus de partout dans le monde viennent y vivre et travailler à la reconstruction de leur maison. Le ‘bureau’ a été déménagé dans une chambre d’amis pleine à craquer et la ‘boîte aux lettres’ est un coin du lit de Debra. Le travail n’a jamais cessé.

Owe Aku est bien connu en Amérique du Nord comme force motrice derrière les alliances qui regroupent les Lakota, tout comme des alliés et soutiens non-Autochtones, pour bloquer le Keystone XL, et la lutte contre l’uranium continue.

Cependant, Owe Aku n’a jamais eu son propre bureau ni même une vraie table de travail. Mais finalement, le tiyospaye s’est rassemblé pour aider à construire un bel espace de bureau, avec des combles pour le rangement et/ou un ‘dortoir’ pour la multitude de visiteurs venus pour travailler avec Owe Aku. Dans les premiers jours de la construction, la nouvelle s’est répandue, et des petits-enfants, des nièces, des neveux et des amis sont venus aider. Certains ont apporté du matériel. Certains ont fait don de quelques dollars.

De plus, beaucoup de planches ont été coupées avec la scie portable des White Plume dans les pins de Pine Ridge, et beaucoup de matériel a été donné par la famille White Plume.
L’extérieur du bâtiment est terminé et à présent nous avons besoin d’aide pour finir l’intérieur. Comme toujours, tout don que vous pouvez faire est bienvenu, quelque soit le montant. Voir notre site www.oweakuinternational.org et cliquer sur Pay pal pour faire un don. Nous sommes conscients de demander beaucoup à ceux qui nous soutiennent et de compter sur eux pour tout ce que nous faisons, mais nous vous assurons que notre travail acharné et notre implication méritent la confiance que vos dons représentent.
Wopila !